12/10/2009

Le Mouvement des Citoyens Haut Savoyard ferait aussi 15%

Côté Français, certains seront prompts à faire l’amalgame entre le discours xénophobe du MCG et les Genevois dans leur ensemble. Les réactions des parlementaires de Haute Savoie et de Jean Jack Queyranne à la publicité outrancière de l’UDC étaient de ce niveau.

Pourtant, les élus français qui font du terrain, entende des propos miroirs cote français : « il y en a marre de la colonisation » « on n’est plus chez soi ». Ces propos d’humeurs n’apportent pas de solution mais cette frustration est compréhensible de la part de salariés en euros dont les emprunts immobiliers sont refusés par leur banque sous prétexte qu’ils ne sont pas frontaliers. Ou de la part de fonctionnaires ou de salariés du privé payés en euros qui n’ont plus les moyens de vivre une fois qu’ils ont payé la facture de l’inflation immobilière exportée par Genève.

Côté Genevois, le vote MCG révèle plus une frustration devant l’accélération du phénomène frontalier plus qu’une haine des frontaliers. La géographie du vote le prouve : le MCG remporte ses meilleurs scores dans les communes bloquées par le trafic plus que dans les communes touchées par le chômage. Il s’agit plus de « placophobie » contre le trafic que de « xénophobie » contre la concurrence sur l’emploi des frontaliers comme le croit le MCG.

Le changement de discours politique réciproque ces 30 dernières années à l'agglomération commune depuis 3 ans a été trop rapide et sans doute trop restreinte aux milieux informés pour être totalement comprise par la population du Genevois franco suisse. Le débat sur l'avenir du Genevois franco suisse doit désormais être un débat public entre les habitants directement.

Le MCG n’apporte aucune solution. Les réactions anti-suisse coté français pas plus. Même la tectonique des plaques ne peut rien contre le fait que le Genevois français est durablement implanté à coté du Genevois suisse. Au contraire, mettre de l’huile sur le feu reviendrait à revenir à ce qu’ont fait les élus depuis 30 ans : cohabiter sans collaborer. Laisser notre agglomération se paralyser petit à petit par des embouteillages que nous n’avons pas anticipés.

Les solutions existent :

1) Genève doit construire les 4000 logements par an nécessaires pour loger sa population. Les blocages des uns et des autres doivent cesser par la loi s’il le faut. Les propos de campagne irresponsables des Libéraux qui s’opposent aux constructions dans leurs communes aussi. Les Genevois doivent construire des logements pour leurs enfants.

2) Côté français nous devons créer nos emplois. Réduire notre dépendance économique vis-à-vis du canton.

3) Ensemble nous devons construire les infrastructures de transport en commun pour préserver notre qualité de vie commune.

4) Le canton doit mettre un terme à cette politique économique qui importe des salariés qu’on ne peut ni loger ni transporter, plutôt que de créer des emplois pour les chômeurs du canton : des jeunes et des seniors essentiellement. Nous n’avons pas de quoi loger les professionnels des Hedge Funds de Londres.. laissons-les payer leurs impôts comme tout le monde en Angleterre.

Commentaires

bonjour

pouvez vous de manière factuelle me démontrer que le MCG est Xénophobe ?

sauf erreur de ma part "frontalier" n'est pas un peuple, ni une entité ethnique ou autres

De plus, le MCG dit priorité d'emplois aux résidents genevois et résidents genevois d'abord

En aucune façon il a des propos choquants à l'égards des frontaliers

Démontrez moi le contraire...

Le MCG au contraire de ce que vous écrivez à des propositions et à fait des propositions notamment concernant le trafic automobile.

Je vous invite à voir le projet MCG "La ceinture Verte" pour n'en citer qu'un

bonne journée

Écrit par : justice | 12/10/2009

Tout de même étonné par votre point n°4! digne du MCG!

Écrit par : Riro | 12/10/2009

@Justice,

Si vous ne savez pas lire les documents du MCG, je doute que vous sachiez lire une reponse de ma part. "Frontalier ca suffit" sachant que le statut de permis frontalier suppose de n'etre pas suisse est donc necessairement une attaque sur la base de la nationalite. Si votre aveuglement necessite une autre reponse alors votre opinion ne releve plus du debat rationel.

@ Riro :

Une agglomeration doit se construire de maniere coherente et equilibrer : la croissance du nombre de logement doit etre proportionelle a la croissance demographique (a vrai dire en realite legerement superieur pour prendre en compte le fractionnement des familles). Les infrastructures de transports doivent correspondre a la demande pour eviter les embouteillages.

Le developpement actuel de Geneve est desequilibre. Il n'est donc pas durable. Il se fait au detriment de la qualite de vie car l'afflux de population est superieur au rythme des constructions et a la creation d'infrastructure de transport en commun. Lorsque notre qualite de vie sera totalement detruite, Geneve n'attirera plus aucune entreprise.. et fera fuire celles qui y sont encore... quelques soient les politiques fiscales.

Geneve pourra continuer d'attirer des entreprises multinationales le jour ou elle construira suffisament de logement pour les familles de leurs employes. D'ici la, faire venir des entreprises et compter sur le Genevois Francais pour les loger est suicidaire pour le Genevois franco suisse. Cela nous engorge dans une paralysie des transports dont nous aurons beaucoup de mal a sortir.

Cordialement

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 12/10/2009

^Deux choses sont sûrs : Le CEVA est sur le point d'être rejeté et enterré, Et votre méconnaissance du sujet en ce qui concerne le MCG et son discour,s ans oublier vos récents billets sur l'UDC ont faovirés le résultat du vote de ce Week-end !

Écrit par : corbeaux | 12/10/2009

D'accord avec vous sur le fait que les personnes pénalisées des deux côtés de la frontière devraient se regrouper et bosser ensemble.

Le résultat de ce vote déplorable (de mon point de vue bien sûr) est peut-être également dû au manque de réponse ou d'action de notre gouvernement.

A juste titre, certains chômeurs se sentent lésés ou dépréciés.
Des communes se sont plaint à maintes reprises de devenir des lieux de passage avec un nombre grandissant de véhicules, impossible à gérer.
Des cris dans le désert.
Sauf pour le MCG qui a bien su récupérer ceux que personne n'écoute.

Je suppose qu'il en est de même pour les lésés que vous mentionnez.

Le problème qui se pose maintenant, c'est qu'on est pas prêt d'avancer avec le Grand Conseil que l'on s'est choisi... Pas très encourageant pour la région...

:-B

Écrit par : Pascale | 12/10/2009

Solution : chacun reste de son côté et les vaches seront bien gardées.

C'est radicale, simplissime mais ça fait du bien de le dire.

Écrit par : fuck | 12/10/2009

Eh bien Fuck, restez donc dans le Canton de Vaud, l'herbe y est assez grasse pour les ruminants dans votre genre, non ?

Écrit par : Séraphin Lampion | 12/10/2009

Le canton de Vaud est très bien pour y habiter mais Genève reste ma ville, je suis genevois et non pas vaudois.

De toute façon je suis obligé de continuer de venir à geneve, j'ai un contrat à vie avec mon employeur ;-).

Écrit par : fuck | 12/10/2009

C'est dingue vous m'avez rayée du fil de discussion! belle leçon de démocratie pour un suisse! Pas grave, j'ai confiance en l'humanisme des habitant de notre régions,,,,So long mes frangins malgrés tout,et je fais le voeux de réduire en sèchard ce vent haine que vous essayez de soulever.

Écrit par : aline | 12/10/2009

Frontaliers on vous aime, mais comprenez que nos résidents genevois doivent trouver prioritairement des postes de travail à l'État et dans nos institutions officielles. Ensuite, ceux qui veulent venir de France seront toujours les bienvenus. Tout le reste n'est que blabla politique ou volonté de ne pas l'entendre.

Écrit par : Vice président MCG | 12/10/2009

"Genevois on vous aime, mais comprenez que nos résidents savoyards doivent trouver prioritairement du logement dans nos communes. Ensuite, ceux qui veulent venir de Suisse seront toujours les bienvenus. Tout le reste n'est que blabla politique ou volonté de ne pas l'entendre."

Écrit par : un suisse | 12/10/2009

Bonsoir Antoine Vielliard,

J'ai lu vos derniers billets sur votre blog où vous êtes très prolifique en conseils adressés à notre Conseil d'état, ainsi qu'à nos députés. Très critique aussi vous l'êtes à l'égard certaines décisions et surtout de non-décisions, voire d'immobilisme que vous reprochez à Genève et vous n'avez pas toujours tort !

Je comprends votre impatience et parfois votre incompréhension à suivre notre politique helvétique et surtout les processus décisionnels qui y sont liés, pour le Français que vous êtes, ceci malgré votre bonne volonté évidente, votre statut de frontalier et la proximité de votre domicile.
Par conséquent, vous avez beaucoup de mérite et je tiens à vous remercier pour l'intérêt que vous portez aux institutions et à la politique suisses en général. Ceci étant dit sans flagornerie aucune !

La Suisse, pays plurilingue, État fédéral, très décentralisé à démocratie directe, est un pays complexe, doté d'institutions politiques complexes, difficiles à saisir en France où l'organisation de l'État est aux antipodes de ce que nous connaissons en Suisse.

Il en découle que nous avons, Français et Suisses, une vision différente de l'environnement géopolitique et économique régional que nous partageons. Par ailleurs, nous agissons aussi les uns et les autres en fonction de notre culture - différente, pourquoi le cacher - et de nos intérêts respectifs.

Cette longue introduction pour vous dire que personne ne vous dénie le droit de vous exprimer sur la politique genevoise et suisse en général, non pas uniquement en tant que "Genevois-français" comme vous aimez vous définir vous-même, mais en tant qu'observateur, indépendamment de votre nationalité.

Cela étant posé, et l'agglomération genevoise étant immobile, géographiquement s'entend - sans malice ! - nous sommes et resterons voisins. Nous sommes donc contraints de nous entendre par dessus la frontière laquelle est avant tout institutionnelle et c'est là que le bât blesse. Tous les problèmes communs dont nous débattons avec beaucoup d'énergie et d'acharnement de part et d'autre de la frontière découlent de ces DIFFÉRENCES INSTITUTIONNELLES !

Alors pour entrer dans le vif du sujet, lorsque vous écrivez qu'il faut instituer un dialogue - je cite de mémoire - entre citoyens par dessus la frontière pour aborder les nombreux problèmes qui nous préoccupent et nous concernent tous, je vous répondrai que c'est nécessaire MAIS INSUFFISANT !

Pour améliorer les choses il faudrait instituer au niveau franco-suisse une sorte "d'interface institutionnelle" dotée de pouvoirs décisionnels et d'un budget qui permettrait de faire avancer les choses. Mais en homme sage, je sais qu'un tel projet relève actuellement de l'utopie ...

La mise en place des bilatérales entre la Suisse et l'UE a dynamisé l'économie helvétique et genevoise pour ce qui nous préoccupe aujourd'hui. La croissance économique genevoise est trop rapide pour que l'adaptation institutionnelle concomitante puisse s'effectuer. Cette situation est néfaste à la politique du logement, des transports publics, elle crée des disparités de part et d'autre de la frontière, crée des tensions, des disparités économiques, suscite des envies, fait des laissés-pour-compte, etc.

Parmi les solutions préconisées dans votre présent billet, construction de logements à Genève et création d'emplois en France voisine, celles-ci relèvent de l'évidence.

Pour le logement, entièrement d'accord avec vous, l'immobilisme est inadmissible et c'est à Genève d'apporter une réponse.

En revanche, pour la création d'emplois en France voisine, je ne vois vraiment pas en quoi cela concerne Genève, ni surtout comment la Suisse pourrait y contribuer ?... Migros a tout de même décidé de construire son parc récréatif à Neydens. Ce sont tout de même des emplois locaux ...

Il s'agit ici d'une question d'attractivité économique et rien d'autre ! Les employeurs susceptibles de s'installer en France voisine ne s'y installeront que si les conditions sont favorables : fiscalité, souplesse du code du travail, stabilité politique, voies de communication, adéquation de la formation aux emplois proposés, etc.
Nombre de ces critères sont remplis en France voisine, à l'exception notoire de la fiscalité et de la rigidité du Code du travail. Or les réponses à ces deux problèmes se trouvent à Paris et malheureusement pas à Annecy et encore moins à Genève !

Puisque vous donnez des conseils à nos dirigeants politiques, souffrez que j'en fasse de même à l'égard des vôtres : qu'ils réforment la fiscalité et le Code du travail, qu'ils réforment l'administration tentaculaire hyperstratifiée de l'Hexagone, qu'ils réforment les très nombreux statuts de fonctionnaires et ces mesures contribueront à faire redémarrer l'économie de la France et à résorber sa dette publique abyssale, de l'ordre de 1'500 milliards d'euros actuellement ! Les intérêts versés au service de la dette publique pourront ainsi être économisés et les montants afférents être affectés à des investissements porteurs d'avenir ...

Bien cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 13/10/2009

@jean...
La création d'emplois coté savoyard se fait pourtant bien... mais le monde économique étant découplé du monde politique, peu de monde en parle...
Savez vous par exemple que 65% des bouteilles en plastique du monde sont chauffées par des systèmes électroniques fabriqués par des personnes handicapées d'Annecy pour le compte d'une PME Genevoise ? Lorsque vous parcourez les zones industrielles de haute savoie, vous verrez que nombre d'entreprises industrielles travaillent en relation étroite avec des suisses...
La raison en est toute simple.... Il est impossible aujourd'hui de construire une usine à Genève par manque de place.. Nous nous adaptons donc, et utilisons des sous traitants en haute savoie, investissons dans les Pme etc etc.. Par contre, la contrepartie, c'est que Genève voit son visage industriel muter... Les entreprises ne conservent plus que les sièges, les direction financières, le marketing et suppriment les postes peu qualifiés... Avec pour conséquence de laisser sur le carreau bon nombre de personnes moyennement qualifiées qui vont alors se returner vers notre ami Stauffer...
En fait on reproduit simplement le modèle de la grande cité.. il y a 17 km entre le lac et le bout du canton. nous avons d abord repoussé l'industrie sur plainpalais et jonction (19eme), puis la praille acacias (20eme), puis meyrin et plan les ouates.. Maintenant que ces zones sont colonisées par les horlogers, les sièges de St etc etc, nous allons plus loin.. et ce plus loin c'est le 74.

Écrit par : olivier | 13/10/2009

Très cher cousin du Genevois,

Je suis genevois/suisse de vieille souche, à tout le moins au regard des migrations incessantes que Genève a connues.

Aussi, je dois dire que je suis ulcéré du comportement des néo-suisses en tout genre, notamment de ceux qui squatent les listes MCG, qui n'ont de genevois que les papiers .... et encore ...

Moins les électeurs genevois sont genevois plus ils sont MCG.

Que voulez-vous, cher cousin, ils sont parvenus (et parvenus est le vocable exact) à être genevois de papier alors ils croient bon d'être plus genevois que les genevois. Les convertis sont les pires.

Cela étant c'est bien Saint-julien qui est en Genevois et non Nyon ou Lausanne.

A propos le MCG écrit :

"Frontaliers on vous aime, mais comprenez que nos résidents genevois doivent trouver prioritairement des postes de travail à l'État et dans nos institutions officielles. Ensuite, ceux qui veulent venir de France seront toujours les bienvenus. Tout le reste n'est que blabla politique ou volonté de ne pas l'entendre."

Voilà qui est une invitation à la discrimination indirecte strictement prohibée par l'acquis communautaire que la majorité des genevois (et des suisses) a accepté et réaccepté. Au fond le MCG comporte en son sein des tricheurs, qui veulent renier par la bande la parole de Genève et des Suisses.

Bien à vous cher cousin.

Écrit par : cousin | 13/10/2009

De toute façon le MCG sait pertinemment que la priorité aux Genevois est contraire aux accords bilatéraux. Et ce serait se mettre à dos le reste de la Suisse ainsi que toute l'UE s'il lui venait l'idée de vouloir mettre des bâtons dans les roues des candidats UE. Si les maires des communes voisines ne sont pas trop idiots, ils s'empresseront de citer les contrevenants (MCG) devant une Cour de Justice Européenne. M. Stauffer vient de dire que pour ce qui est de l'économie genevoise il est de tendance "libérale". Ce qui s'entend par là, que l'Entrepreneur prendra l'employé qui rapportera le plus à l'Entreprise. C'est-à-dire, le mieux formé et le moins cher !

Écrit par : Anne-Françoise | 13/10/2009

@Justice
Le MCG et ses électeurs ne sont pas xénophobes ????
Pour information voici les 8 candidats qui sont arrivés les derniers de la liste du MCG et qui donc ont été largement biffés...
ARHERBI Hakim-Alex,NGUYEN Van Minh RAHALI,Sabah HALIMI Arsim,GOFFINET KHALIL Karen,KHALIL Ahmed,BEN CHAABANE Salah,KEHRLI Fatima
Visiblement au MCG il vaut mieux s'appeler STAUFFER ou GOLAY que NGUYEN ou BEN CHAABANE

Écrit par : fanfoue | 13/10/2009

@ Justice: Eh bien cher Monsieur, si on lit vos nombreuses interventions, une chose est sur: vous etes xenophobe!
Aux membres et a la direction du MCGe: toute action entraine une reaction... c'est physique...

Écrit par : waxxx | 13/10/2009

Certains mettent en avant les accords bilatéraux. Ces accords précisent que les français et les entreprises françaises ont le droit de travailler ou de faire des offres en Suisse, le contraire aussi, les suisses et les entreprises suisses ont le droit de travailler ou de faire des offres en France. Question : Combien d'entreprises suisses ont obtenus des contrats de travail en France ? Combien de suisses ont obtenus du travail, notamment dans l'administration, comme à Genève, en France voisine ?
Merci pour vos réponses précises.

Écrit par : octave vairgebel | 13/10/2009

Personne n'empêche les couilles-molles d'Entreprises Suisses de porter plainte devant la Cour Européenne, s'ils ne sont pas d'accords ! Combien de Suisses ont portés plainte contre l'Administration Française, pour discrimination à l'embauche ?

Écrit par : Anne-Françoise | 13/10/2009

@ olivier :

Merci de ces informations et précisions !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 13/10/2009

Anne-Françoise, j'aime votre humour ! Vous croyez sérieusement que la Cour Européenne s'intéresse à ce genre de problèmes ? Cette cour est a la botte de l'UE et, des autres pays (pas uniquement la Suisse), elle n'en a rien à cirer ! Les accès sont cadenassés pour toutes les entreprises qui ne sont pas dans l'UE.

Écrit par : octave vairgebel | 13/10/2009

Mr Vielliard, vous devriez proposer une '' Lex Koller '' dans le genevois français pour forcer le canton a assumé ses responsabilités dans la crise du logement et limité la casse pour les français travaillant en France.

Toutefois, je doute que ceci puisse se décider au niveau local.. peut-être départemental ?

Écrit par : Martha | 13/10/2009

@ Jean d'Hotaux,

Je partage votre avis sur la plupart des points que vous soulignez. La discussion entre citoyen est necessaire et sera effectivement insuffisante tant que nous n'aurons pas de changement institutionnels. Mais ces changements institutionnels ne pourront se realiser qu'apres la prise de conscience par tout le monde que nos problemes sont communs et que les solutions seront commune. La discussion entre citoyens est un prealable aux evolutions institutionelles. Bale parvient a construire une agglomeration avec 3 pays, deux langues et 4 cantons grace a l'etablissement d'un eurodistrict. Le nom est barbare.. mais la realisation tellement necessaire. Il me semble que c'est l'une des missions essentielle de la constituante.

Une autre evolution necessaire est le vote des ressortissants de part et d'autre. Les Francais de Geneve representent 5% des votants aux elections locales du Genevois francais et les Suisses de France aussi 5% des electeurs du canton. Ces electeurs reciproquent aident a la construction de l'agglomeration. Leur nombre peut augmenter si Geneve accorde le droit de vote aux confederes qui travaillent a Geneve et vivent dans le Genevois francais.

Sur l'emploi, la reponse est partiellement a Paris sur la fiscalite.. mais notre fiscalite est un handicap certain mais pas redibitoire. A entendre les chefs d'entreprises du Genevois francais c'est le cout du foncier et son impact sur le pouvoir d'achat qui sont les plus grandes contraintes. Nous devons faire une promotion economique commune : il est deplorable de constater que 200 emplois du HCR sont partis a Bucarest parce que Geneve n'a pas su jouer la carte du Genevois franco suisse. Sur les ONG et les organisations internationales le Genevois francais n'a pas de problemes de fiscalite.. et a des avantages a faire valoir. Ensemble nous pouvons conserver ces emplois. Jeter un coup d'oeil sur les documents distribues par les Liberaux a Perly et que j'ai mis sur ce blog et vous comprendrez mieux comment Geneve mets des batons dans les roues du Genevios francais pour creer ses emplois. Si nous avions plus d'emplois cote francais il y aurait mions de bouchons.

Amicalement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 13/10/2009

Quel employeur est assez stupide pour signer un contrat à vie
avec une membre de la race asine beuglante comme ce "fuck(YOU)"
prétend en être le bénéficiaire?
A part l'Etat, je ne vois pas...
Donc, cet olibrius serait fonctionnaire.
On avait congé, à l'Etat, lundi 12, ou ce "f" tape ses insanités pendant les heures de... présence (j'allais écrire travail, mais ce crétin doit ignorer le sens de ce mot)?
Rigolez pas, c'est avec vos impôts qu'on les paie, ce genre de conards.

Écrit par : csny | 13/10/2009

uN membre. J'en perds mes bonnes manières épistolaires.
Pardon (non, pas à vous, fuckyou!)

Écrit par : csny | 13/10/2009

Nos problèmes seront résolu lorsque les savoisiens voteront pour rejoindre la Suisse et éjecteront les frouzes qui sont venu détruire leur patrie depuis l’annexion de 1860. Vive la Savoie helvétique !

Écrit par : Tais-toi quand tu réponds à ton père! | 13/10/2009

Un article interessant dans Le Temps:

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/54050b56-b9ce-11de-93cb-cce1da7c69cf/Frontaliers_la_dispute_et_les_faits

Écrit par : un suisse | 16/10/2009

Les commentaires sont fermés.