07/10/2009

Logements à Genève : le dérapage électoral des Libéraux

Dans un document de campagne distribué à Bernex, Lully et Perly-Certoux, les Libéraux s’attaquent au projet d’agglo. Le mensonge ne fait pas peur aux Libéraux non plus. Ils tentent d’effrayer un électorat mal informé en prétendant que 9000 logements seraient construits « d’un coup » à Bernex Nord et 15 000 « d’un coup » sur la Plaine de l’Aire (sic). Voilà un discours outrancier lorsqu’on sait que depuis 30 ans Genève n’a jamais été capable de construire plus de 2000 logements par an… alors qu’il en faudrait 4000 pour loger les nouveaux Genevois. De tels propos sont scandaleux alors qu’au rythme actuel il faudrait plus de 50 ans pour construire autant de logements. Affirmation provocatrice lorsqu’on sait qu’il se construit plus de logements dans la seule commune d’Annemasse chaque année qu’il ne s’en construit dans tout le canton de Genève.

Le mérite de cette annonce mensongère c’est de clarifier la position du Parti Liberal. Les Genevois savent désormais que les Libéraux se moquent des problèmes de logements de la jeunesse Genevoise. Pour les Libéraux peut importe que les petits enfants des Genevois doivent dormir dans la même chambre que leurs frères et sœurs et que les jeunes parents doivent dormir sur le canapé du salon. Pour les Libéraux Genevois peu importe que chaque année, une classe d’âge du canton doivent quitter la terre de leurs ancêtres faute de logement pour aller vivre dans le Genevois français et dans le canton de Vaud.

Les Genevois savent désormais que les Libéraux ne défendent que les intérêts des propriétaires de villas égoïstes qui se moquent que leurs enfants ne puissent pas se loger.. au détriment de l’intérêt général du Genevois Franco Suisse qui exige suffisamment de logements pour les enfants des Genevois.

Les Genevois savent désormais que les Libéraux préfèrent faire venir dans le canton les professionnels des Hedge Funds de Londres à coup d’exonérations fiscales… même si cela signifie expulser un peu plus de jeunes Genevois du canton.

Accessoirement les élus français partenaires du projet d’agglo savent désormais qu’il faudra compter sur une nouvelle génération d’élus Libéraux pour que ceux-ci remplissent leurs engagements sur la construction de logements à Genève.

Je recommande vivement aux 51 000 Genevois de 18 à 39 qui n’ont pas encore voté de le faire jusqu'à dimanche midi en votant pour des candidats qui apporteront des réponses à la crise du logement et de rayer les signataires irresponsables de ce tract : Mark Muller, Isabel Rochat, Daniel Zaugg, Philippe Doerks, Christiane Favre et Pierre Weiss.

 

 

les derapages des liberaux.pdf

 

Commentaires

Tiens un Français qui se mêle de nos affaires, est-ce que l'on se mêle des leurs ?

Écrit par : bidouille | 07/10/2009

Chaque jour ! Les questions d'emplois, de transports et de logements du Genevois franco suisse concernent tous les habitants du Genevois franco suisse.

Les infirmieres de Saint Julien ne peuvent plus se loger parce que le quart des maisons du canton sont achetees par des Genevois qui ne peuvent pas se loger a Geneve. Les salaries des entreprises du Genevois francais n'ont pas les moyens de vivre decemment.. leurs employeurs se demenent a les recruter et les loger sans cesse plutot que de developper leurs affaires. Nous utilisons les memes routes chaques jours un peu plus encombrees.

Il se trouve que les affaires du Genevois francais et les affaires du Genevois suisses... sont les memes.

Accessoirement, plusieurs Conseillers d'Etat et plusieurs Conseillers administratifs sont intervenus - et ont ete les bienvenus - dans les campagnes municipales a Gaillard, Annemasse et Saint Julien.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 07/10/2009

Ne jugez pas ce que vous ne comprenez visiblement pas. Le projet d'agglomération s'est mitonné au CRFG, sans que les Maires des communes suisses concernés puissent se faire entendre ou provoquer le débat. Contrairement aux Maires français qui disposent de plus de compétences en matière d'aménagement de leur territoire et qui se sont groupés dans l'ARC pour faire le poids. Chez nous, l'Etat est seul compétent.
Le débat sur ce gigantesque projet d'agglomération n'a donc pas eu lieu à Genève. Le Grand Conseil n'en sera saisi qu'au moment de l'adoption du Plan directeur.
Il y a donc toutes les raisons d'être inquiets d'un projet qui amènent 30'000 habitants dans le cul de sac qu'est la Plaine de l'Aire. Ne serait-ce qu'au niveau des circulations !
Urbaniser complètement l'axe de la grande pénétrante qu'est la route de Saint-Julien m'aurait paru plus censé, et je le dis en connaissance de cause puisque j'ai été le Maire de la commune de Perly-Certoux pendant 12 ans.
Ce que nous demandons, c'est de la réflexion et de la concertation.

Votre caricature des libéraux est à peu près du niveau de cette campagne électorale qui nous écoeure aujourd'hui parce qu'elle vous fait mal et que, surtout dans cette région du Genevois, nous nous sentons proche de vous.

Écrit par : Christiane Favre | 07/10/2009

Madame,

J'espere m'etre trompe dans cette interpretation.

Les debats du projet d'agglomeration ont ete ouverts. Ouverts aussi a la societe civile. Il n'y a pas besoin de pouvoir pour intervenir.

Il y a de l'inquietude a avoir avec une croissance de la population qui s'accroit avec les politiques economiques qui visent a accelerer encore l'afflux de population sans prevoir aucun logement.. et alors que Geneve ne construit deja pas suffisament de logement pour ses jeunes. Il faut reduire cet afflux de population et preparer la construction des logements. Quels sont les propositions des Liberaux sur la construction de logements. C'est gentil de caricaturer le projet d'agglo en pretendant que ces constructions pourraient se faire "d'un coup" comme indique.. c'est gentil de faire peur en comparant avec les Avanchets.. mais il faut faire des propositions pour la jeunesse Genevoise qui vit les uns sur les autres.

Les Liberaux ont des positions de principes en faveur des constructions de logement et contre les oppositions... mais dans les faits des qu'il s'agit de construire des logements pres de leurs electeurs proprietaires de villas il n'y a plus personne. La candidature au Conseil d'Etat d'Isabel Rochat qui a ralentit le projet des communaux d'Ambilly est une provocation pour tous les jeunes Genevois qui ne peuvent pas se loger decemment a des prix abordables.

Des individus egoistes pourraient peut etre comprendre qu'un parti Genevois compte sur le Genevois francais pour loger sa jeunesse... mais aujourd'hui un tel egoisme n'est plus possible. Perly est traverse chaque jour par le flux continue de voiture des Genevois que le canton n'a pas su loger. Ce traffic incessant detruit la qualite de vie de la campagne Genevoise qu'on voulait proteger.

La question n'est pas d'etre inquiets par 30 000 logements qui sont necessaires pour loger les Genevois.. mais plutot d'apporter des idees sur comment les reussir en respectant le cadre de vie.

La campagne atteint un niveau deplorable lorsque les Liberaux Genevois pretendent que ces logements pourraient etre construit "d'un coup" et qu'ils seraient comme les logements des Avenchets. Une tentative irresponsable de faire peur en desinformant.

Les Liberaux pretendent etre contre les oppositions. Les candidats Liberaux redoublent de naivete dans leur declaration contre les oppositions... mais le President des Liberaux s'oppose au CEVA et la candidate au Conseil d'Etat des Liberaux s'oppose aux logements a Thonex.

Je crois qu'il est temps qu'une nouvelle generation de Liberaux prennent la releve. Une generation concernee par la crise du logement et qui aura le courage d'y apporter des solutions.. et de satisfaire les proprietaires de villas.. dont les enfants ne peuvent plus se loger.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 07/10/2009

On pratique le censure en Sarkozie ! Toutes vérités ne sont pas bonnes à dire.
Lamentable !

Écrit par : octave vairgebel | 07/10/2009

M. Vairgebel, faites des commentaires construits avec des faits et des raisonnements et ils resteront.. comme tous les autres commentaires.

Je suis convaincu que vous en etes capables.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 07/10/2009

Puisque vous insistez, voici un commentaire construit. Il y a 2 ou 3 ans, le directeur de l'hopital de St.-Julien déclarait, sur une chaine de TV française, qu'il était exaspéré car les infirmières formées à St.-Ju quittaient, dès qu'elles avaient leur diplôme, cette institution pour se faire embaucher aux HUG car elles multipliaient leur salaire par 4 ! Trouvez-vous normal cette situation et quel est votre solution ? Est-ce logique de trouver des infirmières de Genève au chômage alors que les HUG engagent à tour de bras des soignantes françaises ? Comment font vos hôpitaux pour trouver du personnel ? Viennent-elles de Roumanie comme beaucoup de toubibs ? Qui soignent les malades roumains ?

Merci pour votre prochaine réponse.

Écrit par : octave vairgebel | 07/10/2009

Bravo Monsieur, vous faites des progres.

Combien d'infirmieres Genevoises sont au chomage ? C'est une profession dans laquelle il faut etre sacrement incompetent pour etre au chomage. Et oui effectivement je trouve normal et sain pour les patients qu'un hopital (et tout autre employeur) fasse passer la competence avant la nationalite.. a Geneve comme a Paris ou sont employes de tres nombreux citoyens suisses suite aux accords billateraux.

Les Hopitaux francais ont beaucoup de mal a recruter des infirmieres. Celui de Saint Julien tout particulierement car les traitements des infirmieres de Saint Julien sont des traitements qui sont nationaux.. .alors que les prix de l'immobilier du Genevois francais peuvent etre le double des prix d'autres regions. La hausse des prix de l'immobilier, entretenue par la penurie de construction de logement du canton, contraint les infirmieres a soit travailler au HUG ou a quitter Saint Julien. Seuls ceux dont le conjoint est frontalier ont les moyens de rester dans la region.

Cet exemple des infirmieres pourrait etre decliner aussi avec les professeurs. A Saint Julien un tiers est mute a sa demande chaque annee pour une region plus abordable financierement... tout ceux qui le peuvent demande leur mutation chaque annee. Les entreprises du Genevois francais vivotent.. contraintes de recruter des competences d'autres regions francaise, de les logers.. avant que ceux ci ne realisent le cout de la vie et aillent travailler en suisse. Le Genevois francais devient economiquement de plus en plus dependant du phenomene frontalier... parce qu'il est penalise par les couts de l'immobilier.

Il y a un sacre probleme de formation. Geneve ne forme pas les infirmieres dont le canton aurait besoin. La France non plus. Les pays developpes se volent les uns les autres leurs professionels de sante... et les volents aux pays les plus pauvres qui sont prive de l'infrastructure de soin.

J'interviendrai dans le debat politique genevois.. tant que les politiques genevoises auront des consequences sur la vie des habitants de Saint Julien... et cela risque de continuer tant que la tectonique des plaques ne separera pas le Genevios francais du Genevois suisse.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 07/10/2009

Je pense, honnêtement, que la région transfrontalière ne peut être construite que par des personnes qui considèrent qu'il faut socialiser l'économie et dans le même temps instituer des fonctionnements démocratiques qui passent à travers les frontières sans s'y arrêter. Je suppose qu'on peut savoir soi-même qui cela concerne, selon les candidats. Il est clair que libéralisme ne va pas dans ce sens forcément. Le libéralisme est bon plutôt sur le plan culturel, car dans l'idée d'un fonctionnement démocratique transfrontalier, il y a le danger qu'un camp veuille assimiler culturellement l'autre, afin de l'amener à voter selon ses intérêts à lui. On peut additionner Calvin et François de Sales, en attendant de trouver un personnage emblématique synthétique!

Mais personnellement, en tant que Français, je ne veux pas intervenir dans les débats propres aux Genevois. Du reste, une campagne électorale donne souvent l'occasion de trouver sur la place publique ce qui se dit d'habitude en cercles plus restreints. Toutefois, une fois que les électeurs ont tranché, je suppose qu'il faut éviter d'essayer de relancer des débats sur les mêmes sujets. Le faire ne me paraît pas très conforme à l'esprit de la démocratie. Par exemple, reparler du problème que pose la personne même de Sarkozy (comme le font souvent certains journalistes, y compris à Genève), alors qu'il a été élu à la majorité en connaissance de cause, c'est quand même manquer de respect aux électeurs français. Mais ce n'est qu'un exemple. Qui ne s'applique pas directement à Genève.

Écrit par : rm | 07/10/2009

Maintenant que le trio infernal Salerno-Sommaruga-Garbani à la Gérance Immobilière est en place, on attend de voir les résultats d'une meilleure gestion des biens immobiliers de la Ville de Genève. Plus sérieusement, on compte sur le projet PAV quand un consensus aura été atteint.

Écrit par : demain | 07/10/2009

Je vous remercie d'avoir nuancé vos propos dans l'article paru dans la Tribune. Il présente des arguments auxquels je peux parfaitement adhérer.
A une nuance près.
Isabel Rochat ne s'est pas opposée au projet d'urbanisation des communaux d'Ambilly. Elle s'est battue, comme un Maire doit le faire, pour en faire un projet raisonnable auquel les habitants de sa commune, qui ne sont pas tous des propriétaires de villa (et de loin), puissent adhérer. Ce n'est que de cette manière que nous pouvons éviter les recours et les oppositions multiples qui minent le développement du territoire genevois. Isabel Rochat est un Maire qui se bat pour défendre les intérêts des citoyens actuels et futurs de sa commune qui doivent pouvoir vivre, travailler et se déplacer dans un cadre correct.
On ne peut jamais revenir sur les cités dortoirs et soit disant radieuses bâties en périphérie des villes, à Genève comme en France. Ce bâti est définitif. Il mérite qu'on y réfléchisse un peu mieux que par le passé.
Si les Maires ne le font pas, qui le fera ?

Écrit par : christiane Favre | 08/10/2009

Madame,

Améliorer la qualité du bati est responsable... mais le document que vous avez distribué ne parle pas de cela.. il s'oppose purement et simplement à la construction de ces logements et il compare le projet actuel à ce qui a été fait aux Avanchets. Il faire croire aux habitants qu'il n'y a aucune réflexion d'aménagement alors que la réflexion a lieu depuis plus d'un an avec 3 cabinet et en implicant plusieurs milliers de personnes. Ou sont vos propositions pour améliorer la qualité du bâti ? Où sont vos propositions pour accélérer la construction des logements nécessaires à Genève ? Pourquoi vous opposez vous au rééqulibrage des emplois entre le Genevois francais et le Genevois suisse : le déséquilibre actuel est la cause du traffic qui passe par perly !

La question de la crise du logement a été plutôt ignorée de votre campagne.

Pour revenir à la responsabilité d'Isabel Rochat, je trouve paradoxal l'argumentation qui affirme qu'un Maire doit s'opposer aux projets d'urbanismes et les ralentir avec sa légitimité de Maire pour que les citoyens ne le fassent pas. Une telle attitude légitime les oppositions abusives qui ralentissent tous les projets de construction de logement. Elle renchérit le coût du bâti pour les futurs personnes logées. C'est un mépris affiché pour tous les Genevois qui vivent entassés dans des logements étriqués et qui par dizaine sont contraints de quitter le canton.

Ou sont vos propositions pour changer la politique économique de Genève qui fait venir plus d'un millier de cadres chaque année dans un canton qui n'a déjà pas assez de logement pour ses propres habitants et dont les voies publiques sont saturées ? J'ai cru comprendre au contraire que vous souhaitiez offrir de nouvelles exonérations fiscales pour les hedge funds... laissez les payer leur impôts comme tout le monde et apportez des réponses à la crise du logement et des transports.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 08/10/2009

le libéral Muller a repoussé de 3 mois la votation sur le PAV pour discuter et obtenir un consensus avec les référendaires Grobet, Asloca et Cie. Le problème de Genève ce sont les bloqueurs qui empêchent la construction, la rénovation ou le lancement de projets phares et vous ne pouvez pas dire que c'est la faute de la droite ou la gauche car ils sont tous complices vivent de controverses, alimentent les débats publics genevois autour de la question sans se soucier du "bien commun" qui est la recherche d'un appartement décent pour une grande partie de la population.

Écrit par : demain | 08/10/2009

Pour revenir sur le sujet des infirmières, ce n'est pas un problème de compétence mais un problème de relation professionnelles avec un chef de service frontalier ! Je vous cite un cas précis : Une infirmière suisse travaillait à Genolier, elle a subitement quitté cet établissement pour les HUG car le salaire était plus élevé. Elle est revenue à Genolier quelques mois plus tard. Motif : Les HUG sont un vrai panier de crabes car il y a de la délation et de la jalousie afin de "gravir les échelons" et tout est bon pour enfoncer les collègues ! Je me demande pourquoi cela arrive dans un endroit où le nombre de frontaliers est si élevé !

Écrit par : octave vairgebel | 08/10/2009

Comme je ne doute pas que vous vous occupiez aussi bien de la Ville de Saint-Julien, au niveau de la circulation par exemple ou de la construction d'équipements sportifs (tout Saint-Julien vient nager à Perly) que de la politique genevoise, je me réjouis de voir très prochainement des résultats qui menacent d'être spectaculaires.

Écrit par : Christiane Favre | 08/10/2009

Bonjour,

Etant minoritaire a Saint Julien je n'ai que peu d'influence. Mais nous defendons l'idee d'un accroissement de la capacite des transports en commun. Les capacites de la ligne D vont augmenter de 40% a compter du mois de decembre.. cela fera environ 3000 voitures de moins sur l'axe Saint Julien Geneve. Malheureusement, il suffira de 2 annees pour que l'incapacite de Geneve a construire des logements ne fasse emigrer autant de nouveaux habitants Genevois dans le cote Francais. Le document que vous avez distribue contribuera a ralentir encore les constructions de logements, a contraindre un peu plus d'habitants a s'exiler et a encombrer un peu plus Perly.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 08/10/2009

Les Suisses s'exilent pour trouver un logement, souvent une maison parce que, contrairement à ce que vous semblez penser, on trouve encore moins de maison que d'appartements à Genève. Les Français s'exilent pour trouver du boulot. Chacun y trouve son compte et c'est ainsi que la région marche aussi. Alors cessez de faire une fixation sur la politique genevoise et mettez votre énergie à reprendre la majorité à Saint-Julien sans chercher des têtes de turc de l'autre côté de la frontière. C'est précisément cette attitude que nous reprochons, nous, aux gens qui vous en veulent !

Écrit par : christiane Favre | 08/10/2009

Bonjour,

La plupart des politiques Genevois sont d'accord sur ce constat. La legislature a simplement echoue de passer des intentions aux actes.

"c'est ainsi que la region marche" ? C'est une maniere de voir les choses interessante. Je dirai plutot que c'est comme ca que la region se condamne a detruire ce qu'il reste de qualite de vie dans des embouteillages pour l'eternite. Si nous continuons a nous rejeter nos problemes respectifs d'emploi pour les uns, de logements pour les autres... nous nous retrouverons dans tres peu de temps dans une agglomeration paralysee par des voies publiques envahies d'automobiles..et incapable de financer des transports en commun qui seront infinancables.

Par ailleurs, la region ne marche pas non plus pour tous les francais qui ont des revenus en euros. Les professeurs des colleges de Saint Julien n'ont plus les moyens de vivre une fois qu'ils ont paye leur loyer.

Independamment des 4000 Genevois qui s'installent dans le Genevois francais chaque annee.. il y a aussi la situation desesperee des jeunes Genevois qui resident encore dans le canton : les parents dans le canape du salon, les enfants a plusieurs par chambre, le budget des familles amputes des loyers qui depasse leurs moyens. La region ne marche pas.. meme pour les jeunes Genevois.

Il est temps maintenant de passer des bonnes intentions aux actes. Il est temps d'avoir un discours coherent entre elus dans les instances transfrontalieres... et face aux electeurs du Genevois franco suisse.

Les elus du Genevois francais ont leur propre responsabilite. En particulier leur incapacite a mettre sur pied des politiques economiques efficaces et coherentes.

Vous n'etes pas une tete du turc. Je ne vous insulterai jamais. Mais je vous place face a vos contradictions. J'appelle la jeunesse Genevois a prendre en main son avenir et a voter pour des candidats qui apporteront des solutions concretes a la crise du logement.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 08/10/2009

bonjour,

en matiere de transports, à quand:

- une ligne de transports chevrier vers saint julien en genevois à des horaires réguliers et adaptés?

- une piste cyclable chevrier vers saint julien en genevois ?

AUCUN élu local n'a pu obtenir cela, pour désengorger , developper durable à la fois pour l'environnement et surtout sa santé.

MERCI de votre réponse datée et chiffrée

Écrit par : vuetaz | 10/10/2009

Bonjour,

Pour la ligne de bus Saint Julien-Chevrier elle n'est malheureusement pas à l'ordre du jour.

Un bus régulier coûterait si cher qu'il supposerait sans doute un triplement des impôts pour peu de passagers. J'ai défendu l'idée d'une ligne virtuelle (c'est à dire avec des départs sur demande), mais Bernard Gaud et Jean Michel Thénard ont préféré mettre en place un transport à la demande qui coute aussi cher que la ligne D.. mais transporte 1000 fois moins de passagers. Je continuerai à défendre l'idée des lignes de bus virtuelles tant dans la commission transport de la CCG qu'au conseil communautaire. Je vous recommande de faire valoir votre point de vue à des élus communautaires qui ne sont pas encore convaincus. Cela aidera à faire avancer le débat. En attendant je ne peux pas vous donner de date ni de chiffre.. puisque ma voix (et celles de quelques autres notamment de Collonges et de Feigères) ne suffisent pas à faire voter des délibérations dans ce sens au Conseil Communautaire.

Pour la piste cyclable entre Chevrier et Saint Julien elle n'est malheureusement pas encore à l'ordre du jour. Relier les pistes cyclables existantes entre Neydens et Saint Julien suscitent déjà beaucoup d'opposition en raison des coûts très élevés. Il y a pourtant beaucoup moins de kilomètres de piste à réaliser que pour aller jusqu'à Chevrier. Il faudra prévoir ces pistes cyclables dans le canton lors de la révision du SCOT.

Cependant de manière plus générale, il est difficile de demander des services urbains dans des zones rurales : assainissement, bus, voirie. Les coûts en seraient beaucoup trop élevés pour la collectivité, et l'utilisation insuffisante, pour des budgets qui sont déjà souvent déséquilibrés et alors que nous devrons payer des montagnes de dettes publiques.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 10/10/2009

Les commentaires sont fermés.