28/09/2009

Couacs sur la fumée passive : 87 morts à Genève

La loi sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics à Genève a été confirmée lors du vote d'hier.

Un parcours politique intéressant. Une première initiative populaire avait été adoptée avec le soutien de 4 Genevois contre 1. Une telle marge est inhabituelle. Elle laisse supposer que l'interdiction de fumer dans les lieux publics est soutenue par une majorité des habitants depuis plusieurs années ou décennies. Une attente que les élus n'avaient pas su retranscrire dans les lois.

Le Gouvernement genevois avait promulgué à la va vite une loi qui mettait en pratique le souhait des Genevois. L'UDC Soli Pardo qui prétend habituellement défendre les droits populaires avait déposé un recours contre cette loi. La loi a été annulée par le Tribunal Fédéral.

Une nouvelle loi a été votée au Grand Conseil Genevois. Des amendements soutenus par les Radicaux et quelques PDC  contre l'avis manifeste des électeurs ont atténuée la porté de la loi en autorisant des fumoirs. La loi a été contestée par les cafetiers et restaurateurs.. mais confirmée par les électeurs Genevois ce week end.

Près d'une vingtaine d'étude ont mesuré l'impact en terme de santé publique de l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Elles évaluent la baisse du nombre d'arrêt cardiaque entre 17% et 25% dès la première année. L'impact s'accroit au cours du temps. Cela ne compte pas encore les impacts sur les cancers à plus long terme.

A Genève, environ 500 personnes décèdent chaque année d'un arrêt cardiaque en dehors de l'hôpital. Les couacs sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics ont coûté deux années d'impact. La dépendance politique de certains élus envers les cafetiers et restaurateurs à coûté sans doute une dizaine d'année. Dans l'estimation basse cela représente 87 décès par an qui auraient pu être évité à Genève. 87 morts sur la conscience de l'UDC Soli Pardo.

Commentaires

On voit vraiment que la mentalité française n'est pas compatible avec la notion que nous avons de l'Etat de droit en Suisse.

Pour vous, le recourant serait responsable de l'illégalité d'un règlement constatée par la Cour suprême de notre pays. S'il fallait chercher des responsables, ce seraient plutôt, dans un Etat démocratique comme le nôtre, ceux qui ont édicté ce règlement.

D'autre part, vous oubliez complètement, en ce qui concerne les fumoirs, que ceux-ci ont été approuvés par 82 % des électeurs hier.

Ce n'est pas bien grave, mais symptomatique du fait qu'il faut arrêter de vouloir créer une région transfrontalière avec des politiques français ayant une pareille vision jacobine, méprisant les règles de base de fonctionnement de l'Etat et faisant fi de la volonté populaire qui a accepté à une écrasante majorité les fumoirs.

Écrit par : Pierre Loriol | 28/09/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Vieillard,

je ne savais pas que vous étiez un spécialiste du fonctionnement de nos institutions. Je constate en fait que non.

De fait, le règlement d'application contesté par Mes Pardo et Amaudruz , et non par l'UDC, était simplement illégal car tel règlement doit obligatoirement se baser sur une loi.

En contestant ce règlement, Mes Pardo et Amaudruz, n'ont fait que demander le respect du fonctionnement de nos institutions. Si quelqu'un porte la responsabilité, selon vos dires, de 87 morts par la fumée passive, ce qui reste à prouver... c'est bien le Conseil d'Etat qui dans sa précipitation a édicter un règlement illégal.

La prochaine fois que vous souhaiterez relever les incongruités de nos genevoiseries typiques, prenez le temps de vous informer.

En effet, la loi votée hier, permet d'aménagement de fumoirs dans les lieux publics contrairement à ce que le règlement annulé par le Tribunal fédéral prévoyait. Nous éviterons peut être quelques faillites... du moins espérons le pour nos amis cafetiers.

Pour terminer, si vous prétendez que la fumée passive tue 87 personnes par an, avec une telle précision, vous devriez envisager une carrière dans la voyance car il n'y a aucune preuve de ce que vous avancez. Publiez un seul certificat de décès allant de ce sens.

En somme, sans la fumée passive, les autres facteurs de cancer tel que le papilloma virus, l'amiante toujours présente dans nombre de construction, nous pouvons nous rassurer, plus personne ne mourra d'un cancer non souhaité.

Vous êtes un peu léger M. Vieillard. A force de cotoyer des Genevois faites attention à ne pas contracter la Genevoisite (maladie conduisant à dire ou faire des genevoiseries :o)

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/09/2009

Oui sur le raisonnement, non sur la conclusion: sur les 87 morts, on peut légitiment considérer que la majorité de ces personnes ont choisi la clope au lieu de la santé. Donc ces morts ne peuvent pas être attribuées à Pardo.
En revanche, je suis bien d'accord avec vous, cet homme devra répondre de son action politique qui a cassé une décision populaire de 79%...même si le côté juridique lui a donné raison...

Écrit par : Deng | 28/09/2009

@Stéphane

Genevois pas de quoi vous parlez (hinhin)

Beaucoup plus sérieusement, vous (je parle des défenseurs de la liberté... de souffler de la fumée dans le nez des autres pendant qu'ils mangent ) devriez arrêter avec cet argument absurde qui consiste à demander à chaque fois les certificats de décès des morts par fumée passive.
Non seulement, je n'ai pas le souvenir d'avoir vu ne serait-ce qu'une seule fois un tel certificat publié dans la presse, mais mêmes les négationnistes de l'Holocauste n'en réclament pas.
J'imagine que l'on peut débattre de la fumée passive sans à chaque fois clouer le bec des opposants avec cet argument consternant.
Sinon, c'est qu'il n'y a pas grand chose d'autre à opposer, ce que tend également à démontrer le score de 82% de oui.

Écrit par : dano | 28/09/2009

@ Deng,

Les 24 etudes scientifiques publiees sur le sujet dans les etats qui ont appliquer l'interdiction de fumer mesure l'impact general sur la population prise dans son ensemble : fumeurs et non fumeurs.

@ Stephane Valente,

Juridiquement vous avez raison. Politiquement il me semble que la sante des habitants vaut mieux que quelques arguments juridiques techniques. Vous devriez faire comme Soli Pardo qui semble plus doue en droit qu'en politique. L'UDC habituellement pretend defendre la democratie directe.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 28/09/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Dano, M. Vielliard,

Dano, voilà le fin mot du problème, la fumée passive dérange olfactivement. L'histoire des morts passifs n'est toujours pas prouvée et pour cause. Pour voter info, je suis fumeur, mais je fume dehors des lieux publics :o)

M. Vielliard, navré de devoir à nouveau vous contredire, mais défendre les droits démocratiques et donc la démocratie directe, implique de la part des Exécutifs qu'ils respectent les procédures liées aux modifications des lois, notamment constitutionnelles, pénales, et autres. Ce que le Conseil d'Etat n'avait pas fait ce qui a entrainé l'annulation de la votation. Vous inversez le problème pour vous en prendre à M. Pardo et, à travers lui, à l'UDC.

Sauf que nous avons, à l'UDC donc, recommandé le OUI à la dernière mouture de la loi.

Quand je vous disais de vous renseigner, c'était à propos.

Pour le surplus, l'UDC défend effectivement la démocratie directe et n'a pas peur de mettre l'Exécutif du Canton, national à la page lorsque c'est nécessaire.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 28/09/2009

@Stéphane

Quel plaisir de débattre avec vous !
Après mon intervention, vous ressortez exactement le même argument négationniste, précédé de 'voilà le fin mot du problème', et hop vous avez la conclusion. Pour tenter d'étayer, vous ajoutez un détail capital de votre vie privée (vous fumez dehors) dont il est fort à parier que tout le monde se contrefout.
Bref, pourquoi vous à l'UDC avez-vous recommandé le OUI si la fumée passive est un simple probléme olfactif ?
Tout cela ne semble guère cohérent.

Écrit par : dano | 29/09/2009

Les commentaires sont fermés.