08/09/2009

+0,6% de logements à Genève = 4500 frontaliers de plus par an

Le Genevois Haut Savoyard est largement dépendant économiquement du canton de Genève.  La commune de Saint Julien par exemple compte 4412 emplois et 5223 actifs résidents. Cela revient à un taux de concentration d’emploi de 83% qui est assez similaire aux taux qu’on observe dans toute commune proche d’une agglomération.

 

Genève aura toujours besoin de frontaliers pour faire vivre ses entreprises et ses administrations aussi sûrement que Berne a besoin de Ostermundigen ou Lyon de Caluire et Cuire.

 

Pour autant le Genevois Haut Savoyard aimerait pouvoir créer plus d’emploi pour être un moins dépendant économiquement. C’est l’un des enjeux du projet d’agglomération auquel M. Stauffer ne contribue pas.

 

Il y a deux propositions que le MCG pourrait faire pour réduire le nombre de frontalier si le MCG faisait des propositions plutôt que de lancer des invectives. Le MCG pourrait proposer que le canton se fixe pour objectif de construire suffisamment de logement pour accueillir sa propre population. Le MCG pourrait proposer des incitations et des pénalités pour encourager les communes à participer à l’effort de construction de logements pour les habitants du canton. A ce jour le canton de Genève met sur le marché seulement 0,6% de logements nouveaux par an.. alors que la population du Genevois Franco suisse croit de 1,5% par an, et qu’il faudrait en plus 1% de logements nouveaux pour accueillir les célibataires, veufs et divorcés supplémentaires du canton. Au total c’est un déficit de construction de logement de 1,9% de logements par an qui « crée » entre 4 et 5 000 frontaliers supplémentaires chaque année. Des habitants de Genève, Suisses, obligés de quitter le canton, des voitures immatriculées VD, 74 ou 01.

 

Si le canton rattrapait les 20 années de retard accumulées dans la construction de logements cela permettrait aussi au Genevois Français de créer des emplois. A ce jour, les entreprises du Genevois Français passent leur temps à recruter des salariés  qualifiés dans le reste de la France. Ceux-ci déménagent attirés par des emplois correctement rémunérés. Ils s’aperçoivent rapidement que leur salaire ne leur permette pas de vivre décemment en raison des prix des loyers du Genevois. Ils cherchent alors un emploi mieux payé coté Suisse et quitte leur entreprise française. Les chefs d’entreprise du Genevois Français passent donc leur temps à recruter, loger puis recruter et loger… temps qu’ils ne peuvent pas consacrer à leurs clients.

 

Le jour où le canton de Genève construira suffisamment de logements pour les Genevois, ceux-ci pourront continuer de vivre à Genève. Les prix de l’immobilier se relâcheront. Cela permettra alors aux employés des entreprises françaises de vivre décemment avec leur rémunération française. Ce qui permettra à leurs chefs d’entreprises de développer leurs affaires plutôt que de recruter et loger sans cesse.

 

Pour cela il faudrait que le parti socialiste cesse de défendre les nantis du logement, ces papys boomers qui ont des loyers modérés depuis 30 ans. Il faudrait que les verts contribuent à déclasser suffisamment de terrain pour construire les 2,5% de logements nouveaux dont Genève a besoin pour sa propre croissance démographique. Il faudrait que les Libéraux accompagne leurs intentions d’actes et accélérant les projets en cours à la Praille ou à Thônex (communaux d'Ambilly). Il faudrait que l’extrême gauche, l’UDC et le MCG commencent à proposer des idées constructives pour les Genevois plutôt que de lancer des initiatives et des invectives plus ridicules les uns que les autres.

 

Pour conserver sa qualité de vie, le Genevois franco suisse a besoin que 5 fois plus de logements soit construit chaque année dans le canton de Genève pour accueillir sa propre population ! Oui 5 fois plus ! Nous avons aussi besoin de créer plus d’emplois coté français. Cela permettra de freiner l’augmentation des distances domicile travail. Il faudra par ailleurs mettre en place l’infrastructure de transports en commun nécessaire pour que tous puissent se déplacer librement.

Commentaires

Cher Antoine,

Construire à Genève ? où ça ? dans notre belle campagne ! vous n'y pensez-pas ?

Déranger ces nantis habitués à leur tranquillité pour donner des logements à ces gens bruyants de la ville ! Non, c'est beaucoup plus simple de bloquer la douane de Soral, par exemple et de s'en prendre aux frontaliers !

Ce qui est étonnant c'est que ce sont les mêmes qui rouspètent contre les nouvelles constructions et contre le traffic des véhicules qui soit disant polluent leur belle campagne... $En définitive Kadhafi n'a pas tord...relions Genève à la France...ainsi plus de problème de frontaliers ! Stauffer serait ravi ! au fait j'y pense n'était-ce pas le Sieur Stauffer qui voulait une Genève indépendante...c'est fou, avec quelle rapidité les gens peuvent changer de veste ! Stauffer veut une Genève indépendante...mais qu'est ce qu'il est attaché à l'Etat Genevois providence ! j'incite tout frontalier qui se verrait refuser un job à la place d'un Suisse moins qualifié...de porter plainte pour atteinte aux accords bilatéraux...qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Café | 08/09/2009

Bonjour,

Je pense que les torts sont partages. Les elus suisses ont laisse pourrir la situation du logement a Geneve.. pendant que les elus francais ont laisse pourrir la situation de l'emploi en France. Au total d'un cote comme de l'autre nous nous sommes condamnes a vivre paralyses dans des embouteillages qui detruisent notre qualite de vie a tous et qui empirent un peu plus chaque jour.

Concernant l'emploi, les elus francais ont considere que le taux de chomage de Haute Savoie etant un des plus faibles de France il ne meritait pas qu'on s'y atele. Ce faisant ils ont condamne a la marginalistion professionelle des jeunes diplomes et des seniors. Notre territoire est devenu totalement dependant economiquement de Geneve : la proportion de frontaliers parmi les habitants de Saint Julien est passee de d'un tiers a la moitie entre 2000 et 2007. Les communes frontalieres tirent 10% de leurs recettes des fonds frontaliers. Beaucoup seront en situation de faillite le jour inevitable ou le systeme etonnant des fonds frontaliers prendra fin.

Au total, nous vivons ensemble... nous devons donc travailler ensemble a ameliorer notre qualite de vie. En creant plus d'emplois cote francais, en construisant plus de logement cote Genevois.. et en mettant en place l'indispensable infrastructure de transports en commun.

Pour ce qui est des suites judiciaires aux discriminations je suis d'accord avec vous. La Suisse a signe des accords billateraux qui lui donnent beaucoup d'avantages dont une grande liberte d'installation de ses residents. Certains de ces avantages ont ete unilateraux (delais dans les applications, clauses de sauvegarde etc..etc..). Ces accords billateraux interdisent toute forme de discrimination. Ces accords sont globalement respectes... ils doivent l'etre systematiquement. Les propos discriminatoires et les appels a la haine tenus par certains elus devrait relever du droit penal.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 08/09/2009

Les commentaires sont fermés.