03/07/2009

La régulation : un avantage compétitif pour les entreprises

Les entreprises consacrent des sommes importantes à lutter contre la régulation. Elles font appelle à des cabinets de lobbying qui usent de leur influence pour limiter, ralentir ou parfois même décourager toute mesure de régulation.

 

Pourtant plusieurs exemples montrent que la régulation peut être une source de compétitivité pour les entreprises lorsqu’elle est pertinente.

 

L’industrie automobile européenne a dû s’adapter à une régulation de plus en plus stricte sur les émissions de CO2. Elle a dû investir. Faire des efforts financiers et de recherche et développement pour répondre toujours plus efficacement à ces contraintes. Elle passe aujourd’hui des mois difficiles qui vont donner lieu à des restructurations. Mais l’industrie automobile européenne est structurellement saine grâce à la régulation passée.

 

A l’opposé, l’industrie automobile américaine n’a pas été régulée. Elle a développé des gammes de 4x4 pour lesquelles il n’y a beaucoup moins de demande. Leur management a cru pouvoir s’affranchir des contraintes environnementales. General Motors a déposé son bilan. Chrysler se fait racheter. L’industrie automobile américaine devra rattraper en quelques années le retard qu’elle a accumulé par rapport à ces concurrents. Elle perdra des parts de marché et encore plus d’emplois.

 

Le refus de l’Allemagne d’imposer des normes plus strictes sur les émissions automobiles pourrait bien dans les années à venir se retourner contre l’industrie automobile allemande et européenne. Les entreprises japonaises continuent à prendre de l’avance sur ces questions.

 

Lorsque la régulation est pertinente et correspond à une évolution probable des exigences des citoyens des différents pays du monde. Lorsque cette régulation est décidée au niveau européen, elle peut devenir une source de compétitivité pour les entreprises européennes.

 

En revanche les industriels ont besoin d’une visibilité à long terme sur l’évolution des réglementations afin de pouvoir investir et s’y préparer.

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Commentaires

allez donc expliquer cela à Morning Bull .... le spin doc de la Place !!!
sinon votre note est super !!!

Écrit par : mur | 03/07/2009

"Pourtant plusieurs exemples montrent que la régulation peut être une source de compétitivité pour les entreprises lorsqu’elle est pertinente."

La régulation est bonne,quand l'état met en place les règles du jeu de la concurrence,qui évite les les actions malhonnètes,la corruption,le travail au noir,le doping etc...Mais quand le régulation se fait pour des raisons électoralistes et de clentèlisme qui freine l'investissement,l'emplois par des codes du travail rigides ou par des fiscalités pénalisantes.Il est clair que cette régulation est pérvers pour l'économie.

Pour l'industrie automobile américaine de Général Motors.Sa faillite tient pour un,d'avoir loupé le virage de l'automobile économe en carburant et de deux pour avoir mis en place des protection socials qui fait de cette industrie une machine à faire du social et qui fait accésoirement des automobiles.

D.J

Écrit par : D.J | 04/07/2009

Bonjour DJ,

Effectivement mais ce n'est pas toujours simple d'en juger. La régulation qui favorise une meilleure concurrence, plus libre peut conduire à freiner l'investissement, peu aussi réduire le nombre d'emplois de manière temporaire, et peut aussi avoir des aspects "fiscaux" (comme les très lourdes amendes infligées aux cartels).. mais elle remet l'économie au service des habitants plutôt que de contribuer asservir les humains à l'économie.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 05/07/2009

Les commentaires sont fermés.