02/07/2009

Des règles pour l'économie : chargeurs de portables

L'économie actuelle n'a plus grand chose à voir avec l'économie de marché mais plutôt avec des monopoles ou duopoles privés qui sont pires que les monopoles publics d'Etat de l'Union Soviétique. Les entreprises concurrentes ont des actionnaires communs qui leurs posent les mêmes exigences de rentabilité. Des taux de retour sur investissement qui ont conduit ces entreprises à abandonner les marchés ou segments de marches sur lesquels ils étaient en troisième ou quatrième position.

La vente des portables en est un exemple. L'incompatibilité des chargeurs de portable est une source de frustration pour les consommateurs. Leur très faible durée de vie en est une autre. Le tout donne lieu à des montagnes de déchets inutiles, mais alimente une machine de sur consommation.

L'Union Européenne par la menace d'une nouvelle législation a obtenu des fabricants de portable qu'ils rendent leurs appareils compatibles avec un chargeur universel au format USB. Dès l'an prochain. Il en résultera une concurrence accrue qui fera baisser le prix des chargeurs de portable de 20/24 euros actuellement à sans doute 5 à 10 euros seulement dans quelques mois. Mais surtout les consommateurs européens pourront conserver leur chargeur lorsqu'ils changeront de portable.

Une autre initiative probable et souhaitable de l'Union sera d'indiquer la durée de vie moyenne des produits sur leurs emballages. On pourra savoir si on achète un téléphone pour une durée de vie moyenne d'un an ou de trois... ce qui financièrement est très différent.

Voilà des décisions qui montrent comment le politique peut organiser et réguler les marchés pour favoriser une meilleure concurrence au service des consommateurs européens et pour éviter les excès d'une société d'hyper consommation qui génère des déchets toujours plus monumentaux.

Une autre application serait une régulation des paquets à moitié remplis. Dans les supermarchés de nombreux paquets ne sont remplis que partiellement. Pour leurs fabricants, des paquets plus gros sont plus visibles en magasin. Pourtant ils sont plus compliqués à ramener et à stocker pour les consommateurs. C'est plus cher à vendre pour les distributeurs... et des milliers de camions supplémentaires sont nécessaires pour livrer des paquets rempli à moitié d'air. Pour les fabricants aussi c'est plus cher.. mais ils craignent d'être moins visibles que leurs concurrents en magasin. Seul le législateur pourrait imposer des normes qui s'imposent à tous,  réduisent les coûts de fabrication, de logistique et de distribution, réduisent les prix et améliorent le service pour les consommateurs, et réduisent le nombre de camions sur les routes.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Les commentaires sont fermés.