26/06/2009

Intégrité à la tête de l'Etat : deux ou trois interrogations légitimes ?

Le ministre du Budget du Gouvernement d'Edouard Balladur de 1993 à 1995 a-t-il eu connaissance de la possibilité de versement de rétro commissions sur le contrat de 950 millions de dollars de vente de sous marins au Pakistan le 21 septembre 1994 ? Le directeur de campagne d'Edouard Balladur lors des élections présidentielles de mai 1995 a-t-il eu connaissance de la provenance des fonds Pakistanais ? En claire Nicolas Sarkozy a-t-il détourné de l'argent public pour financer la campagne d'Edouard Balladur ?

Ces questions sont d'autant plus légitimes lorsqu'on constate le parcours. Le dit Frédéric Lefebvre a si peu d'éthique qu'il a exercé un mi-temps de conseiller en relation avec le Parlement pour Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'intérieur et de lobbyiste - il comptait alors le groupe Barrière, Bouygues, Altadis et Alcatel comme clients-. Cette confusion entre son intérêt patrimonial de lobbyiste et l'intérêt général qu'il est censé défendre dans un ministère ne l'a pas empêché d'avoir le soutien de Nicolas Sarkozy pour devenir porte parole de l'UMP et député (en tant que suppléant d'André Santini).

Bref l'Etat RPR fait de magouilles et de détournement de fonds publics est-il de retour à la tête de l'Etat ?

Quels étaient les motivations de Jacques Chirac lorsqu'il a démandé à Charles Fillon de susprendre ces versements ? Comment la vie des victimes des attentats de Karachi a t'elle été prise en compte ?

Nous avons besoin de vrais députés pour demander des clarifications à ces questions légitimes.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Les commentaires sont fermés.