18/06/2009

Projet d'Agglo : Saint Julien Plaine de l'Aire

Samedi aura lieu la présentation finale du projet du Périmètre d’Aménagement Coordonnée d’Agglomération de Saint Julien Plaine de l’Aire.

 

La question de la croissance de la population de 200 000 habitants en 2030 est présentée comme une donnée initiale et extérieure sur laquelle nous n’aurions aucune maitrise. Pourtant la croissance de la population – et les aménagements nécessaires pour l’accueillir- dépendent directement de la politique économique du canton. Le Canton va-t-il continuer à créer des emplois tous azimuts, attirer des multinationales avec leurs employés par des conditions fiscales défiant toute concurrence au risque d’aggraver les problèmes de logements, de transports et de préservation des espaces ruraux ? Ou le Canton va-t-il imaginer une autre politique économique qui crée les emplois qui correspondent aux compétences des chômeurs actuels et à mettre en place les formations qui permettent à ces chômeurs d’acquérir les compétences nécessaires ? La politique économique va-t-elle servir les intérêts fiscaux du canton ou les aspirations de qualité de vie de ses habitants ? La politique économique du canton s’appuiera-t-elle sur des multinationales infidèles et fiscalement volages ? Ou sur des entreprises locales implantées sur la durée ? Ce sera un des enjeux des élections cantonales de l’automne. Cela ne changera que le rythme de croissance de l’agglomération. Mais tôt ou tard, en 2030 ou en 2040, les 200 000 habitants supplémentaires finiront par être la. Plus l’afflux de population sera maitrisé plus nous pourrons organiser l’agglomération de manière qualitative.

 

Le projet d’agglo a été structuré en étoile. Chaque branche relie le centre ville à un pole d’habitation (Annemasse, Bernex, Pays de Gex, Saint Julien…). Cela a le mérite de structurer le travail. Il y a un risque sur lequel il faut veiller : que tous les déplacements nécessitent de passer par le centre et le paralyse. Au delà de l’étoile, il faut commencer à travailler au lien qui reliera chacune des branches. Pour Saint Julien, il y a un lien évident entre Viry et la branche de Bernex qui lui est proche.


Ce type de réunion est utile pour permettre aux élus français et suisses de travailler ensemble. Je suis affligé de constater que les uns et les autres ne se connaissent pas. Des magistrats Genevois ne connaissent pas tous les Maires des villes frontalières. Des maires des villes frontalieres ne connaissent pas tous les Conseillers d’Etat ou les Conseillers Administratifs de Genève. Peu comprennent correctement le fonctionnement institutionnel de l’autre côté de la frontière. Les uns et les autres doivent aller au MIPIM de Cannes pour parler simplement de notre avenir commun. L’une des valeurs ajoutées de ce type de réunion c’est de permettre aux uns et aux autres d’apprendre à se connaître en travaillant ensemble pendant plusieurs heures. L’agglo se construit autant dans ces échanges et ces liens créé que dans les réactions au projet. Malheureusement, lors de la dernière session, les magistrats genevois avaient tendance à se regrouper entre eux et les élus français à faire de même. J’espère qu’il y aura un meilleur mélange samedi.

 

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

 

Commentaires

Il faudrait qu'il y ait de l'amour au-delà de la convergence d'intérêts économiques, pour qu'un mélange se fasse. Pour cela, un seul moyen: les échanges culturels. J'ai pu faire une conférence à Genève, au temple de la Fusterie, sur Noémi Regard, écrivain protestant de l'arrondissement de Saint-Julien. Eh bien, dans le public, il n'y avait aucun élu, ni aucun représentant important de la Culture. Les voeux pieux restent inopérants, si l'attention n'est portée qu'à l'économie. Comme qui dirait, le temps de faire les comptes, et puis bonsoir.

Écrit par : Rémi Mogenet | 18/06/2009

Bonjour Rémi,

Les représentants de la culture ont de quoi être occupés tous les soirs entre le travail qu'ils doivent faire pour la culture dans les conseils et commissions et les activités culturelles. Je vois des élus français et suisses à des manifestations culturelles de part et d'autre de la frontière.

Ta conférence à la Fusterie et la présence d'un public varié est un signe des échanges nombreux qui s'opèrent.

Il y a actuellement déjà 15% de binationaux dans l'agglomération. Ce taux ne peut qu'augmenter, et de manière exponentiel. Il atteindra un jour ou l'autre les 60% et 70%.

cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 23/06/2009

J'aimerais bien savoir quelles manifestations culturelles créent un symbole fort autour duquel les élus des deux côtés de la frontière se retrouvent. J'ai proposé un jour dans la page "Opinions" de la "Tribune de Genève" de se retrouver autour de la conquête du mont Blanc par Balmat et Saussure et de sa commémoration; cela n'a eu aucune suite, et rien de similaire n'est apparu. A ma connaissance, le seul événement fêté en commun, c'est le traité de Saint-Julien de 1603, qui, étant surtout l'admission de sa défaite par le duc de Savoie, ne risque pas d'enthousiasmer beaucoup les Savoyards, à mon avis. Pour moi, l'invitation du pasteur de la Fusterie reste plutôt un cas isolé. Certes, il y en a d'autres. Il y a de bonnes volontés qui agissent. Mais pour le moment, mon sentiment est qu'elles restent individuelles, qu'elles ne créent pas de mouvement d'ensemble véritablement significatif. Il y a bien sûr une frange des citoyens genevois qui reste ouvertement hostile à ce rapprochement, mais le vrai problème vient sans doute de ceux qui y sont favorables de façon purement formelle, et qui en réalité ne s'intéressent guère qu'aux bénéfices matériels qu'il est possible d'en tirer. A la rigueur, je ne vous cache pas que parfois, je préfère encore la clarté des patriotes genevois qui se réclament de 1602. Je préfère 1602 à 1603, pour ainsi dire. La date est du reste plus importante, objectivement.

Honnêtement, je crois que même chez les personnes qui se disent favorables à des rapprochements, les préjugés restent souvent trop profondément ancrés pour qu'on assiste à une vraie fraternisation.

Écrit par : Rémi Mogenet | 23/06/2009

Les commentaires sont fermés.