05/06/2009

Médias sous influence en France

Hier soir a été diffusé sur la radio suisse romande une émission qui permet de mieux comprendre les liens entre Sarkozy et les médias. Une émission qui ne serait jamais diffusée en France, ni par TF1 propriété d'un ami du Président, ni sur le service public dans le Président est désormais nommé par le Président de la République. Ce reportage souligne que la France est désormais derrière la Roumanie dans les classements sur la liberté de la presse.

Dans quelques années on s'interrogera en France pour savoir comment nous avons pu laisser faire cela. Comment nous avons pu laisser arriver de telles dérives. Les prébendes des uns, les intérêts bien compris des autres, la collusion des intérêts partisans et la passivité de beaucoup de citoyens ont porté des atteintes fortes à l'un des pilliers du fonctionnement d'une démocratie : les médias.

Un reportage d'une demi heure à voir.

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&chan...

Commentaires

Les médias d'information français sont depuis longtemps et dans leur grande majorité sous l'emprise des pouvoirs politiques et passent maintenant sous la coupe des pouvoirs financiers amis des précédents. Les interventions de ces pouvoirs sur les lignes éditoriales sont maintenant moins directes et surtout moins visibles mais bien plus efficaces qu'avec Alain Peyrefitte et la RTF ou Jacques Chirac et Europe 1 (1974) ou le Figaro. La droite française a toujours beaucoup aimé régenté l'information. On trouve les rares périodes d'ouverture seulement en débuts de mandats de gauche suivies rapidement de reprises en main.
En Suisse voisine, la presse appartient principalement à deux grands groupes financiers qui n'ont rien de révolutionnaires. Probablement comme vous, j'ai récemment entendu parler de journalistes mis à l'écart dans des médias privés ou publics. Toutefois, cela ne peut faire oublier ‘’l'intervenionnite’’ des politiciens français auprès des médias. Car évidement le résultat de leurs actions sur le terrain ne suffit pas pour persuader le petit peuple français du bien fondé de leur efficacité.

Écrit par : Zea71 | 07/06/2009

En Suisse, nous avons la vague de pression en provenance de l'UDC qui accuse les media public, spécialement la TSR, d'être trop de gauche.

Et oui, pour l'UDC, quand un media ne relaye pas servilement uniquement leurs thèse, il est trop de gauche.

Qu'ils sont drôles !

Écrit par : Djinius | 07/06/2009

Je suis français et j'ai envie de dire : heureusement qu'il y a des médias Suisses !!!

Désormais, en France, pour savoir ce qui se passe vraiment, nous sommes forcés de consulter les médias étrangers.

Merci donc aux médias étrangers d'être encore là pour faire un vrai travail journalistique.

C'est incroyable, en ce moment, la façon dont l'information est traitée en France.

Les médias vont parfois jusqu'à faire dire le contraire de ce qu'a réellement dit le président pour arranger sa communication.

Dernière preuve en date, hier, lors de la commémoration du débarquement de Normandie, avec Obama. Les deux présidents étaient vraisemblablement opposés sur de nombreux sujets. Leurs politiques intérieures, même, sont opposées !

Cependant afin d'utiliser l'image valorisante d'Obama au profit du président français, les médias n'ont cessé de dire que les hommes se sont entendus à merveille et qu'ils sont les meilleurs amis du monde, bref qu'Obama ne ferait rien sans son ami Sarkozy...

Bien sûr on ne dit pas que Sarkozy, à peine élu, était le plus grand ami de Georges Bush... Que ce dernier l'avait invité, lui et son épouse, à passer ses premières vacances de président dans son ranch, en juillet 2007 (pour mémoire)...

Car oui la vérité, c'est que Sarkozy est plus proche de Bush que d'Obama en matière politique, dans la façon de faire, de voir le monde, etc... Mais aucun média ne précise évidemment cela car ce serait nuisible en terme d'image, évidemment... Il faut au contraire se servir de l'image positive d'Obama afin de valoriser celle du président français... donc faire croire que Sarkozy est l'Obama français... Sacré grand écart... Mais comme on dit : plus le mensonge est gros, plus il passe.

Bref, l'actualité est truffée d'exemples comme celui-ci. Chaque jour, pour peu de rester un peu conscient, on décèle l'omniprésente supercherie... Faut dire qu'il ne se passe pas une heure, ici, sans que le nom de Nicolas Sarkozy ne soit prononcé ou cité...

Pour conclure, la dernière source fiable d'information provient des médias étrangers... Et grâce à Internet, on peut encore s'informer assez valablement et rapidement sur l'état réel de notre pays... Mais pour combien de temps ? Puisqu'un projet de loi prévoyant de filtrer l'Internet (un peu comme en Chine) est actuellement à l'étude ici...

Écrit par : David | 07/06/2009

David
S’il est très intéressant de consulter des analyses provenant de l’étranger pour parfaire son information, ce n’est malheureusement pas suffisant pour avoir une connaissance complète sur des événements survenant en France. Je sais qu’il est de bon ton de trouver l’herbe plus verte chez le voisin mais reconnaissez David que si vous vous contentiez de la TdG pour vous informer sur la France, vous ne sauriez pas grand-chose de ce qui se passe chez vous. Au moins en France vous avez encore une presse pluraliste, contentez vous de bien choisir vos sources. C’est vrai que la consultation de la presse étrangère ajoute une vue différente, ceci est d’ailleurs valable partout. Quant à votre exemple Obama-Sarkozy, il s'agit d'abord d’une opinion personnelle et j’ai entendu sur France-Info une chronique vous rejoignant. Ne vous contentez pas de lire le Dauphiné Libéré ou le Figaro.

Écrit par : Zea71 | 07/06/2009

Mais je suis bien d'accord avec vous en effet.

Il existe encore heureusement de bon journaux dans ce pays. Des journaux indépendants. Marianne, Charlie Hebdo, et bien d'autres plus ou moins alternatifs. Mais ces journaux ne sont pas les plus influents sur l'opinion.

Je parlais surtout des médias de masse, la plupart télévisuels, que lisent ou regardent l'ultra majorité des français et qui forment bel et bien l'opinion. Or ceux-là, on ne peut pas dire qu'ils soient critiques ni très objectifs. Ceux-là s'apparentent désormais plus à des organes de propagandes visant à orienter l'opinion qu'autre chose. Et c'est assez flagrant.

Je ne parlais donc pas pour la minorité consciente mais pour la majorité. Celle-là consulte les médias les plus populaires, généralement contrôlés, et ils les croient comme parole d'évangile.

Quand aux médias Suisses, je ne les connais pas assez pour juger. Je parlais surtout du très bon reportage de la TSR cité plus haut. Un reportage comme celui-ci serait actuellement totalement inconcevable sur une chaine de télé nationale ou même régionale en France. Sur l'une des chaines de télé nationale française, une émission assez critique sensée décortiquer le discours médiatique ("Arrêt sur image") a d'ailleurs été arrêtée parce qu'elle diffusait ce type d'analyses dérangeantes... C'est pourquoi je disais qu'il n'y avait malheureusement plus qu'à l'étranger où l'on pouvait encore trouver ce type d'analyse dérangeante.

Cordialement...

Écrit par : David | 08/06/2009

Les commentaires sont fermés.