06/05/2009

L’épidémie de grippe A est-elle terminée ?

L’OMS publie chaque jour un communiqué qui précise le nombre de cas de grippe A. Il s’agit de cas confirmés. Ceux qui sont suivis dans des pays dans lesquels il y a des hôpitaux. Suite à des analyses. Comme le disent des experts de l’OMS, la face visible de l’iceberg.

 

 

1124 cas à ce jour, c’est faible rapporté à la population mondiale.. Ce qu’il y a d’inquiétant c’est la progression. Cette progression a varié entre un maximum +85% du 1er au 2 mai et un minimum +14% du 4 au 5 mai. En moyenne la progression a été de +46% de cas supplémentaires chaque jour. Les mesures de protection ont permis de réduire la propagation de l’épidémie. Leur relâchement conduira à une réaccélération.

 

 

La diffusion des épidémies est un phénomène complexe, mais une approximation archi simpliste par la poursuite de ces taux de diffusions nous conduit aux estimations suivantes :

1) La progression basse observée de +14% par jour conduit à 26 711 personnes contaminées à la fin du mois de mai,

2) La progression moyenne observée de +46% par jour donne 9 405 608 personnes contaminées à la fin du mois de mai,

3) La progression haute observée de +85% par jour donne 2 milliards de personnes contaminées à la fin du mois de mai.

 

 

projection grippe A.PNG Pour l’instant et d’après les chiffres de l’OMS – qui encore une fois ne peuvent être que très partiels – la mortalité est de 2,31%. Il est probablement plus facile de détecter les cas mortels que les cas bénins. Ce chiffre est donc sans doute surestimé. Ce chiffre est sans doute variable par pays selon l’infrastructure hospitalière. Une mortalité de 1% rapporté à l’hypothèse moyenne conduit à une estimation de 94 000 décès d’ici la fin du mois.

 

 

Le paradoxe d’une telle épidémie c’est que plus nous prenons de mesures préventives plus celles-ci réussiront à limiter la diffusion et plus elles paraitront excessives. Moins nous prendrons de mesure préventives, plus l’épidémie se diffusera rapidement et plus il deviendra évident qu’il faut les prendre. Lorsque l’épidémie progresse de 85% par jour on ferme les restaurants et la diffusion baisse à 14%. Lorsqu’elle baisse à 14%, les restaurateurs se plaignent, on ouvre les restaurants cela à un effet accélérateur sur la diffusion de l’épidémie.

 

 

La seule solution pour que l’épidémie disparaisse définitivement c’est de prendre des mesures préventives pour réduire chaque jour le nombre de cas jusqu'à la disparition complète de l’épidémie. Les mesures actuelles sont pour l'instant insuffisantes pour mesurer une régression.

 

PS : depuis la redaction de cette note, les chiffres publies par l'OMS a 16h indiquent une progression de +35% de cas par rapport a ce matin - en ligne avec le scenario moyen.

Commentaires

Effectivement, ce que nous voyons n'est que le sommet de l'iceberg.
Toutefois, il ne nous est montré que les chiffres, si les cas supects sont confirmés et les pays où sont les malades. C'est trop facile. Cette épidémie est en corrélation avec bien d'autres problèmes qui ne sont pas mis en évidence parce qu'on ne sait pas encore, ou qu'il est trop difficile de les gérer.
Par exemple, les conditions sanitaires des Mexicains qui sont décédés, le trafic pharmaceutique avec Tamiflu prôné comme seul médicament, les vaccins déjà prêts alors qu'on est sensé ne découvrir ce virus que maintenant...et tout ce que je ne sais pas encore.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07/05/2009

Les commentaires sont fermés.