09/02/2009

Exstension des accords bilatéraux à la Croatie

Nos voisins Suisses ont voté ce week end pour l'extension des accords bilatéraux à la Bulgarie et à la Roumanie. Elections après élections le camp pro-européen gagne du terrain en Suisse. Les électeurs ne se laissent pas convaincre par les raccourcis abusifs, les caricatures et les préjugés des extrêmistes. Des arguments qui rappellent ceux de Laurent Fabius contre le traité constitutionnel Européen.

Le paradoxe c'est qu'en décidant de ne pas adhérer la Confédération ne participe pas à la prise des décisions, mais doit les appliquer si elle veut conserver les avantages des relations bilatérales. Si elle avait adhéré à l'Union Européenne, la Suisse aurait eu un droit de véto sur l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie - sans avoir à renoncer à tous les accords. Si elle adhérait aujourd'hui elle aurait un droit de véto sur l'adhésion bientôt proposée de la Croatie. Si elle n'adhère pas elle devra soit l'accepter ou renoncer à tout. Hors de l'Union elle perd une partie de sa souveraineté et applique les décisions de Bruxelles. La Suisse ne retrouvera cette souveraineté qu'en adhérant à l'Union.

Il en va de même pour la France sur beaucoup de sujet qui ne sont pas traités au niveau Européen. En ayant refusé en 1954 la communauté européenne de défense, l'Europe a renoncé à sa souveraineté militaire. Sarkozy va un pas plus loin en proposant unilatéralement et sans aucune consultation l'intégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN. Une intégration qui signifie que le commandement militaire des armées Françaises est désormais américains. Avec une telle intégration, la France aurait dû engager ses troupes en Irak en 2003. Faute d'organisation Européenne, la France perd sa souveraineté militaire. Faute d'organisation politique forte, transparente et efficace, l'Europe se voit dans l'incapacité de réguler efficacement les marchés financiers, les rémunérations et les systèmes de taxation des bénéfices distribués. Elle incapable de proposer au monde de nouveaux mécanismes de protection de l'environnement.

Aux élections Européennes du 7 juin prochain, les listes extrêmistes proposeront moins d'Europe comme les extrêmistes helvétiques. L'UMP, le PS et les Verts afficheront des têtes de liste fédéralistes qui permettront l'élection de suivants de liste nationalistes. Seules les listes MODEM seront composées à 100% de fédéralistes qui rendront à la France la souveraineté que la mondialisation nous enlève.

Commentaires

Bonjour,

En tant que bi-national français et suisse, votre comparaison entre ce référendum et celui sur la constitution européenne, pour lesquels j'ai voté oui, m'interpelle. Les Suisses ont démontré ce weekend à quel point ils sont accoutumés à la démocratie directe et suffisemment mûrs pour la pratiquer. En France, on laisse beaucoup trop des sujets de politique intérieure polluer des sujets qui n'ont vraiment rien à voir. Je pense que la constitution européenne n'a pas été torpillée par l'extrème-droite qui n'a plus le même pouvoir de persuasion qu'avant, mais par ces socialistes, Laurent Fabius en tête, qui n'avaient à l'esprit que de s'imposer au sein de leur propre parti. Cette victoire qu'ils ont remportée à titre personnel est une grande défaite pour la France et l'Europe entière.
En Suisse par contre, ceux qui essayent de polluer un débat avec des arguments sans rapport n'arrivent pas à persuader une grande part de la population. Je pense que sur ce point, la France devrait prendre exemple sur la Suisse.

Écrit par : Kad | 10/02/2009

Bonjour,

Je suis parfaitement d'accord avec vous sur la différence de maturité politique populaire. La comparaison portait sur les arguments utilisés et le débat pas sur la nature du vote.

Deux faits qui vont dans votre sens : la politique partisane française à courte vue à fait que les traités de Maastricht et le traité constitutionnel ont été soutenu par la majorité de l'époque et opposé par la minorité du parti d'opposition. Tout cela est paradoxal lorsqu'on constate que ce sont ceux qui se sont les RPR qui se sont opposé à Maastricht qui ont soutenu le traité constitutionnel et que ce sont les PS qui ont soutenu Maastricht qui se sont opposé au traité constitutionnel. Il serait temps qu'en France on réponde à la question posée.

L'autre fait c'est l'argument qui me prenait le plus au dépourvu dans la campagne référendaire : des habitants me répondait "je suis pour l'Europe mais je vais voter contre pour dire que je suis contre Chirac... de toute façon mon vote ne compte pas, le traité ils l'adopteront d'une manière ou d'une autre". Je trouvais cet argument tellement ridicule que je n'arrivais pas à trouver de réponse. A posteriori mon interlocuteur avait raison. Le traité de Lisbonne a été ratifié par le Parlement en reprenant l'essentiel du traité constitutionnel. A force d'être déresponsabilisé, le peuple français se prend des décisions irresponsables.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 10/02/2009

Les commentaires sont fermés.