27/01/2009

les bâtisseurs de paix, l'initiative anti-minarets et les ayatollah de l'UDC à Téhéran

Le verbe "martyriser" semble venir du moyen âge. Des temps sombres de l'inquisition. On l'utilise surtout au sens figuré. On oublie qu'il est aussi encore utilisé au sens propre.

La liberté de conscience est l'un des principes clefs du siècle des lumières. Tout particulièrement dans le domaine de la foi. La question de la foi est tellement intime qu'elle doit nécessairement être une question à laquelle on répond librement. Pourtant, certains voudraient interdire à d'autre de croire et de pratiquer leur foi. D'autres voudraient imposer la loi de leur dieu sur ceux qui n'y croient pas. C'est pour permettre à tous de vivre ensemble que les républicains ont élaboré des règles de laïcité. La laïcité, on l'oublie parfois, suppose aussi la liberté de conscience en plus de la neutralité de l'Etat.

Face aux principes de la laïcité, des ayatollah voudraient interdire d'autres religions. Des ayatollah de l'UDC qui veulent interdire les minarets en Suisse lors des prochaines votations. C'est aussi le cas des ayatollah de Téhéran qui persécutent les baha'i pour leur religion par des rafles matinales et des exécutions sommaires. Philippe Souaille dans une note récente a publié un article sur l'arrestation d'Aziz Samandari et d'autres baha'i il y a quelques jours. Dans les cours d'assises les experts en psychiatrie décrivent parfaitement ce qu'est la perversité : le fait d'imposer aux dépens des autres une situation qui satisfait le pervers. Le pervers est dénué d'empathie. Il y a beaucoup de perversité dans les propositions de l'UDC et les persécutions conduitent par les ayatolah d'Iran.

A l'opposé, les juifs et les Israéliens qui se révoltent contre la situation scandaleuse et inhumaine des Palestiniens, les musulmans et les Palestiniens qui reconnaissent le droit d'Israël à exister sont des batisseurs de paix. Les chrétiens d'Europe qui défendent le droit des musulmans d'Europe de pratiquer leur religion librement. Les athés qui reconnaissent à ceux qui croient le droit de croire, et les croyants qui reconnaissent aux athés le droit de ne pas croire sont aussi des batisseurs de paix. Le réseau des Musulmans pour les droits des Baha'i est une initiative de paix étonnante. Voilà des individus qui comprennent qu'on change le monde par l'exemple... en commencant par soi-même et en défendant ceux dont on ne partage pas le point de vue. Ils s'associent aux efforts pour la libération d'Aziz Samandari et de ses codétenus Bahai' en écrivant des lettres aux autorités Iraniennes et en mobilisant la communauté musulmane pour la liberté de conscience.

Al Qaida et Georges Bush ont changé le monde par l'exemple de la violence. Les attentats du 11 septembre ont inspiré les guerres d'Irak et d'Afghanistan. Guantanamo va fournir une grande inspiration "d'exemplarité" à tous les dictateurs du monde. A l'opposé c'est aussi par l'exemple que Martin Luther King, Gandhi, le Dalai Lama et Mandela ont changé le monde. La fermeture de Guantanamo changera aussi le monde par l'exemple.

Tous ceux qui ne partagent pas la foi d'Aziz, peuvent par l'exemple, promouvoir la liberté de conscience en demandant aux autorités Iraniennes sa libération ainsi que celle de ses codétenus. L'Organisation Mondiale contre la torture sur son site en lien, indique à qui envoyer des mails et des courriers. Un groupe sur facebook pour la libération d'Aziz Samandari a été créé qui réunit déjà 2000 personnes de toutes confessions.

Les commentaires sont fermés.