16/01/2009

Pour l'interdiction du cumul des mandats fédéraux et de Conseiller d'Etat

Le cumul des mandats interdit aux élus d'assumer pleinement leurs responsabilités. Il doit être interdit.


Comme hier, je mets à la poubelle le principe de non ingérence en donnant un point de vue sur les votations du 8 février. L'interdépendance des Genevois français et suisse et les 15% de double nationaux de part et d'autre de la frontière nous obligent à intervenir dans nos débats publics respectifs.

Je suis opposé au principe du cumul des mandats temps plein. En France, le cumul des mandats nous conduit à l'absentéisme parlementaire. Les Parlements à fort absentéisme sont des parlements faibles. Des parlementaires absents sont des parlementaires qui ne font pas leur travail d'écoute sur le terrain, de contrôle de l'exécutif et d'amélioration des lois. En Haute Savoie tous les parlementaires sauf un cumulent des mandats... et il n'y a guère que celui qui ne cumule pas qui exprime des points de vue fort à l'Assemblée nationale. Les autres se contentent d'obéir aux consignes partisanes sans jamais faire usage de leur cerveau.

Le cumul des mandats qui était une exception en France au début du 20ième siècle a fini par devenir la règle à la fin du 20ième siècle. Puisqu'il ne peut y avoir qu'un temps plein dans une vie équilibrée, il ne doit y avoir qu'un mandat temps plein dans une vie équilibrée.

Accessoirement le cumul des mandats freine le renouvellement politique et la représentation des générations et des sexes.

A l'opposé, il me semble qu'un Conseiller aux Etats ou les deux, devrait d'une manière ou d'une autre être associés au Conseil d'Etat. Pas en tant que responsable de département (selon le principe de non cumul), mais en tant que lien entre le canton et la confédération ou avec les autres cantons. Cette réflexion sera le travail de la constituante. En attendant, j'aurai voté OUI la proposition soumise interdisant le cumul.

Commentaires

@ Antoine Vielliard :

Merci de nous donner votre point de vue !

Je suis moi aussi opposé au cumul des mandats ...

Vous avez raison de rappeler le rôle des députés à la Chambre Haute (Conseil des Etats), qui représentent leurs cantons respectifs :

" A l'opposé, il me semble qu'un Conseiller aux Etats ou les deux, devrait d'une manière ou d'une autre être associés au Conseil d'Etat. Pas en tant que responsable de département (selon le principe de non cumul), mais en tant que lien entre le canton et la confédération ou avec les autres cantons. "

D'ailleurs, les Conseillers aux Etats, contrairement aux Conseillers nationaux, sont élus selon le mode de scrutin propre à chaque canton, faut-il le rappeler. Ainsi, dans les années 1960 encore (je cite de mémoire), les Conseillers aux Etats du canton de Neuchâtel étaient encore élus par le Grand conseil (le législatif cantonal) et non par le peuple.

Au cours des années, les tâches respectives des parlementaires et de Conseillers d'Etat (ministres cantonaux) se sont amplifiées et le fait de vouloir mener de front deux, voire davantage, fonctions politiques majeures ne me semble ni très réaliste, ni très efficace.

Il est utile de rappeler également que le Parlement suisse (Conseil des Etats et Conseil national) est un parlement de milice et non pas un parlement professionnel. Les élus n'y exerçant leurs activités à Berne que lors des sessions parlementaires, bien qu'ils travaillent souvent au sein de Commissions parlementaires tout au long de l'année, sans parler de leurs activités exercées souvent dans le privé pour la majorité d'entre eux, ou dans le cadre d'autres mandats politiques, ce qui fait l'objet de votre billet de ce jour.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 16/01/2009

Les commentaires sont fermés.