10/11/2008

Elections européennes du 7 juin 2009

Le 7 juin prochain nous voterons pour les élections européennes.

Dans le contexte actuel, on mesure à quel point les règles européennes sur les déficits publics nous ont un peu protégé de l'arrogance et de l'irresponsabilité des députés et ministres français. En juillet dernier, ils ont dilapidé dans le paquet "cadeau" fiscal toutes les marges de manoeuvres financière de l'état pour le reste du quinquennat. Ils auraient sans doute été encore plus irresponsables sans les règles communes de l'Europe. Daniel Bouchet (UMP) dénoncait avec vigueur durant les municipales les 2000 euros de dettes par famille accumulées par la municipalité socialiste mais restait silencieux sur les 80 000 euros de dette par famille accumulées par l'Etat UMP. Je pense au contraire que la loyauté au pays doit toujours passer devant la loyauté partisane. Cela devient une question de survie pour le pays.

On mesure encore la chance que l'on a d'avoir une banque centrale européenne qui n'a pas écouté les appels urgents d'élus qui ne comprennent pas grand chose à l'économie et qui appelaient la BCE à baisser ses taux pour suivre les excès de la Fed américaine. La crise nous touche, mais grâce à la BCE dans une moindre mesure qu'elle ne touche les Etats Unis.

Enfin, on mesure l'atout que constitue l'Euro dans ce contexte : nos banques sont en difficulté certes, mais dans certains pays européens qui n'ont pas l'Euro - Islande, Slovaquie ou Danemark - ce sont les Etats qui ont en difficulté. Faute d'avoir choisi l'Euro, les citoyens y paient par des taux d'intérêts excessifs la faillite de leur Etat.

Le plan d'urgence est adopté - avec le soutien du MODEM. On a paré au plus pressé. Il est probable que le coût pour la collectivité sera important. Mais le plus important reste à faire : changer ce système économique qui nous a conduit à notre perte. Remettre l'être humain au centre de la société plutôt que le capital. Les propositions sont sur la table - je mentionnais en juin/juillet dernier déjà mes propositions. Mais nous aurons besoin de la force et de l'unité de l'Europe pour avoir l'influence de les proposer au monde.

De tous les courants de pensée, seul le courant démocrate a toujours été sans équivoque sur ce sujet. Nous avons besoin d'Europe et l'Europe a besoin de nous.

Pour lancer la campagne Européenne, le Mouvement Démocrate de Haute Savoie, Annecy démocrate et les Jeunes Démocrates organisent une conférence débat à Annecy le 27 novembre à 20H à la salle Yvette Martinet. Vous y êtes chaleureusement invité.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Commentaires

Oui, "remettre l'humain, la famille, au centre de la société". C'est chez nous en Suisse et à Genève le leitmotiv du Parti Démocrate Chrétien......seulement il faut assumer concrètement et quand je regarde les votes du PDC aux chambres fédérales ou souvent au Grand Conseil à Genève je m'interroge et me dit que le MODEM qui complète par "plutôt que le capital" est en avance sur le PDC. L'alliance à droite du PDC est, elle aussi, en retrait par rapport au MODEM qui prend courageusement des risques en regard de son électorat.
L'automne 2009 constituera un test pour "ce qu'on appelle le centre" à Genève. Si radicaux et libéraux s'allient avec la droite dure (l'UDC) alors le PDC sera condamné soit à imploser soit à la voie solitaire....ce qui, pour des chrétiens, dans un cas comme dans l'autre, ne constitue pas un chemin de salut réjouissant, vous en conviendrez.
P.Losio

Écrit par : pierre losio | 10/11/2008

Les incantations sont plus crédibles lorsqu'elles s'accompagnent de l'exemple : les Verts pourraient eux aussi faire preuve de clarté en clarifiant leurs alliances avec une extrême gauche archaïque, utopique, illusoire et qui ne protège en rien l'environnement.

Les uns et les autres s'allient avec ceux qui montrent de l'ouverture d'esprit et du respect pour les idées qu'on défend. En France l'ouverture d'esprit et le respect des idées divergentes est une qualité aussi mal partagée par l'UMP que le PS.

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 11/11/2008

Cher Pierre, tu sembles oublier que les radicaux genevois ont posé des conditions extrêmement claires à l'UDC: pas d'alliance sans reconnaissance claire du fait européen. Ce à quoi la logorrhée anti-UE du sieur Pardo est une réponse tout aussi claire. L'entente a donc encore de beaux jours devant elle à Genève et c'est tant mieux.
A tout hasard, je te signale que le Modem en Suisse regroupe des militants (et même des cadres) du PDC, des Radicaux et même quelques Verts... Il a l'ambition de regrouper les forces démocrates européennes présentes en Suisse pour ces futures élections. Tu es le bienvenu si ça t'intéresse.

Écrit par : Philippe Souaille | 11/11/2008

Je n 'avais pas la moindre intention de polémiquer, M.Vielliard ; j'ai beaucoup de considération pour la Démarche du Modem et pour son leader F. Bayrou dont j'espère une percée d'importance aux européennes. Quant aux alliances vertes je suis pour l'instant (et depuis longtemps) dans une position minoritaire...... attendons l'automne prochain les élections cantonales à Genève.
Quant à l'Entente, cher Philippe, je ne partage pas ton analyse ; il est probable que les libéraux voudront intégrer l'UDC dans le but d'obtenir 2 sièges au Conseil d'Etat. Que feraient les radicaux alors qu'ils viennent de convoler fédéralement avec les libéraux ? Une liste avec le PDC uniquement ?
vedremo....
p.losio

Écrit par : pierre losio | 11/11/2008

Les commentaires sont fermés.