15/10/2008

Pour réguler les marchés

Ce sont les banques qui ont cherché le plus de rentabilité qui ont le plus pris de positions sur les subprimes... et qui ont perdu le plus d'argent. La crise financière a éclaté, mais les mêmes mécanismes sont à l'oeuvre dans l'industrie et les services. Les exigences de rentabilité fixées par les actionnaires sont bien supérieures à la croissance économique et aux gains de productivités de l'économie mondiale. Pour combler la différence les managers prennent des décisions à court terme au détriment collectif des fournisseurs, des employés et des clients. L'effet sur les fournisseurs se ressent par exemple sur l'industrie du décolletage dans la vallée de l'Arve, l'effet sur les employés se ressent sur le pouvoir d'achat, et l'effet sur les clients a été montré par exemple par les dérives illustrées par le magazine Que Choisir : moins de produit plus cher. Les profits trimestriels sont au rendez-vous mais au détriment de l'avenir à long terme de l'entreprise. Au détriment de l'avenir à long terme commun des fournisseurs, des employés, des clients... et des actionnaires !
 
Les corrections actuelles sur les valorisations des titres des industries et services ne prennent en compte que le ralentissement économique, mais ne prennent pas encore en compte le fait que les profits enregistrés actuellement sont des niveaux de court terme qui ne sont pas tenables sur le long terme. De tels niveaux de profits sont toxiques pour l'avenir à long terme des entreprises.
 
Il n'y a à ce jour pas d'alternative à l'économie de marché. Les autres modèles qui vont nous être proposés notamment par une partie de la gauche, ont déjà prouvé leur inefficacité il y a maintenant plus 30 ans. Nous devons maintenant construire une économie de marché qui soit mieux régulée. Une économie au service du développement humain de la société et pas le contraire comme nous le propose les libéraux.
 
En premier lieu la mondialisation a donné un pouvoir exorbitant et sans contrôles aux milieux économiques. La démocratie ne doit plus accepter d'être gouvernée par l'économie. Les pouvoirs économiques mondialisés ont acquis un pouvoir supérieur aux démocraties qui sont restées locales. Seules des institutions démocratiques continentales et globales auront le pouvoir d'imposer leur volonté aux pouvoirs économiques globaux. Une Union Européenne plus démocratique et des institutions multilatérales plus efficace sont les outils à utiliser.
 
Des limites doivent être clairement posées aux salaires excessifs. Les rémunérations au-delà de ces maximums ne doivent pouvoir se faire que sur la base de résultats à très long terme et prouvés. On ne peut plus avoir de rémunération sur des résultats à court terme qui sont illusoires. De nombreuses décisions internes sont prises par des managers pour préserver leurs rémunérations excessives plutôt que pour construire l'avenir collectif de l'entreprise.
 
Règle de base de la société, des sanctions pénales doivent être imposées à ceux qui ont fait preuve de peu d'éthique. La malhonnêteté économique ne doit plus être rémunérée même lorsqu'elle conduit à des profits, elle doit être sanctionnée comme toute autre forme de délinquance et de criminalité.
 
Nous devons mettre un terme aux exigences de rentabilité excessive qui favorise les profits trimestriels au détriment des investissements pour l'avenir. Un double niveau de taxation sur les bénéfices doit être instauré, une taxation modérée pour les niveaux de bénéfices dans la norme, et un niveau supérieur pour des niveaux de bénéfices qui minent l'avenir des entreprises.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Commentaires

Excellent Antoine.
Analyse parfaite de la situation, avec quelques propositions en prime...
C'est limpide.

Écrit par : Philippe Souaille | 15/10/2008

Un bémol tout de même: les actionnaires qui gèrent la boîte, petits patrons de PME par exemple, n'ont pas forcément la même attitude que les fonds de pension ou même les petits porteurs qui investissent au travers de banques dans des grands groupes. Banques qui conseillent et prennent leur pourcentage au passage, ce qui fait d'elles les principaux acteurs de ces pressions en faveur du rendement maximal à court terme.

Écrit par : Philippe Souaille | 15/10/2008

Les commentaires sont fermés.