22/09/2008

Le droit de veto du MODEM aux sénatoriales

Avec un score moyen d’environ 15% dans les départements au vote proportionnel, le MODEM a montré qu’il représente une part importante des élus locaux.

Cette représentativité importante de l’électorat central, donne au MODEM un droit de veto : droit de veto qui a permis de rejeter la candidature de Charles Millon dans l’Ain. Droit de veto également de l’Union Centriste dans l’élaboration des lois puisque désormais toutes les projets de lois du Gouvernement et les propositions de lois des Sénateurs devront avoir l'accord de l'Union du centre pour être adoptée. La France se portera mieux d’un peu moins de sectarisme partisan.

Avec ces sénatoriales, la stratégie d’hégémonie de certains UMP finalise un cycle quasi complet de défaites électorales depuis sa création en 2002. Défaites presque totales lors des régionales et cantonales de 2004, défaites lors du second tour des législatives de 2007, défaites magistrales encore aux cantonales et municipales de 2008. Faute de pouvoir d’influence politique dans le pays, l’UMP se voit dans l’incapacité de gouverner la France.

Comme lors des régionales de 2002, le Parti Socialiste prendra sans doute prétexte de cette victoire éphémère pour remettre à plus tard les questions essentielles sur son projet de société ou sur la cohérence entre ses propos de campagne et ses actes au pouvoir.

La Haute Savoie et la France ont pourtant besoin de mouvements politiques qui portent des projets forts pour l’avenir et dialoguent entre eux pour les mettre en œuvre au présent.

Pour les adhérents du MODEM de Haute Savoie, le travail de terrain au service des Haut Savoyards continue. Le nombre d’élus locaux centristes et sympathisants a considérablement augmenté aux municipales de mars 2008. Nous continuerons de convaincre pour atteindre petit à petit les seuils majoritaires au service des Haut Savoyards.

Côté Suisse ces élections sont aussi prometteuses avec la défaite de Dominique Paillé, soutenu par l'UMP à l'Assemblée des Français de l'Etranger. Cette défaite montre que d'autres candidatures sont possibles. Le renouvellement de 6 sénateurs en 2011, contre seulement 4 hier, fera baisser le seuil nécessaire d'un quart à un sixième. Voilà qui rend probable l'élection d'un sénateur centriste pour représenter les Français de l'étranger en 2011.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Les commentaires sont fermés.