06/06/2008

Des solutions de garde pour les enfants à Saint Julien

Les parents de jeunes enfants sont dans des situations desespérées pour faire garder leur enfant. Tout particulièrement ceux dont les parents n'habitent pas la région. Jusqu'à présent les élus se sont peu préoccupés de ce problème pour plusieurs raisons :

en raison de leur âge ils ne cotoient plus le problème au quotidien et ne se rendent pas compte de la gravité de la situation,
la plupart des élus municipaux et communautaires ont leur famille sur place - pour eux ce problème n'en est pas un,
les délégués communautaires sont en très grande proportion des hommes qui dans le passé ont trop souvent répondu aux élues qui travaillaient sur le sujet que les femmes doivent "choisir entre travailler et faire des enfants"... (sic).
Il y a des raisons législatives et réglementaires à la crise. Les normes de construction des crèches, d'encadrement des enfants et de formation des assistantes maternelles ont permis de protéger les enfants... mais à des coûts prohibitifs pour les communes. A force de vouloir protéger les enfants on a empêché la réalisation de suffisament de crèches. On en a sans doute trop fait. On en n'exige pas tant des parents qui n'ont aucun dipôme à passer avant de faire des enfants, qui n'ont pas de limite sur le nombre d'enfants qu'ils peuvent élever et qui peuvent construire leur logement comme ils l'entendent indépendamment des normes établies pour les crèches. Pourquoi ne pas laisser cette même liberté aux parents lorsqu'ils confient leur enfant à une assistante maternelle ?

Il y a une solution qui permet d'eviter ces dérives réglementaires et qui peut être une solution de court terme pour les parents du canton de Saint Julien : la garde partagée. Deux ou trois couples de parents se réunissent et cherchent ensemble une personne qui a les compétences pour garder leurs enfants. A charge pour les parents de vérifier les compétences humaines de la personne. La garde se fait dans le domicile de l'un ou l'autre des parents. Tout devient privé et les réglements ne s'appliquent plus. A charge pour les parents d'évaluer la personne. A charge pour eux de veiller à ce que l'appartement soit sécurisé. On évite ainsi les problèmes liés à l'encadrement, aux normes de construction ou aux diplômes. Les parents retrouve ainsi leur liberté et leur responsabilité de choix. Si nous avions été élu nous aurions pu aider à la mise en relation des jeunes parents entre eux, et avec les gardes maternelles.

De nombreuses personnes dans le canton ont les qualifications requises pour garder des enfants.. mais pas les diplômes nécessaires. A charge pour les parents de trouver d'autres parents dans un cas similaire.

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Les commentaires sont fermés.