05/06/2008

Conséquences ou vérité... pour les pêcheurs, les agriculteurs et les camionneurs

Rêvons un instant qu'un ministre ou un parlementaire affirme publiquement que 1) les ressources en pétrole vont se tarir, 2) la demande va continuer à augmenter jusqu'à ce que les Chinois et les Indiens consomment autant de pétrole que nous, 3) que la hausse des prix du pétrole pourra connaitre des hauts et des bas mais que sur le long terme la hausse ne pourra que se poursuivre.

Rêvons un instant qu'un ministre ou un député ait le courage de l'honnêteté. Cela reconstruirait un peu plus de confiance dans nos institutions plutôt que les promesses illusoires sur le pouvoir d'achat suivie d'un "je ne peux rien les caissses sont vides".

Les solutions de subventions publiques ne sont pas tenables à long terme - les agriculteurs, les pêcheurs et les camionneurs le savent. Elles agravent le déficit de l'Etat et ne changent rien au problème. Il n'y a que deux solutions durables et pertinentes : baisser la consommation d'énergie et augmenter les autres sources d'énergie tout particulièrement les énergies renouvelables.

Collectivement il y a de nombreuses pistes pour baisser la consommation d'énergie :

- Améliorer les normes de construction, investir massivement dans les transports en commun, favoriser l'habitat collectif, conclure des accords multilatéraux pour taxer le kérosène...

- pour les particuliers, une conduite souple et des pneus bien gonflés peuvent réduire la consommation d'essence de plus de 30%, consommer des produits locaux permet de réduire également les frais de transport... Certains transporteurs routiers appliquent déjà ces techniques pour réduire leur consommation.

- l'Etat et l'Union Européenne doivent sans cesse imposer des normes plus strictes en matière de consommation d'énergie. Les constructeurs automobile ont prouvé leur incapacité à s'autodiscipliner pour baisser le consommation des véhicules. Les législateurs et les exécutifs doivent imposer des normes environnementales constamment plus faibles. Ces normes ne doivent pas concerner seulement l'industrie automobile mais toutes les industries.

Collectivement nous devons aussi investir dans les autres énergies :

- les énergies renouvelables ne pourront améliorer leurs rendements que lorsque nous investirons dedans. Les panneaux solaires doivent devenir des normes de construction partout où ils sont possibles.

Mais il revient surtout aux pêcheurs, aux agriculteurs et aux camionneurs de définir comment leur métier doit évoluer dans un monde où le pétrole atteindra inévitablement les 200 dollars un jour ou l'autre : nouvelles cultures ? nouvelles techniques ? L'aide de l'Etat ne peut que se limiter à faciliter temporairement cette transition. Tout autre type d'aide ne ferait que tromper ses bénéficiaires dans une illusion néfaste d'un pétrole pas cher.

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Les commentaires sont fermés.