04/06/2008

Poursuivre l'effort de logements sociaux à Saint Julien

Lors du dernier Conseil Municipal nous avons approuvé une délibération qui permet la réalisation de 16 logements sociaux dans le programme dit "les Contemporaines" près du centre de tri de la Poste.

Ce programme de logements sociaux est un bon programme. C'est un programme mixte privé et social comme le souhaite une majorité des habitants (cf résultats de notre grande enquête auprès des habitants). Il y aura 16 logements sociaux et 64 logements privés. Voilà qui tranche avec les quartiers sociaux des années 70 et qui favorisera une meilleure mixité sociale.

Notre commune a grandement besoin de logements sociaux. De nombreux salariés aux revenus français et fonctionnaires n'ont plus les moyens de vivre dans notre commune. Leur pouvoir d'achat est trop pénalisé par les prix de l'immobilier. Les entreprises et les administrations sont pénalisées dans leurs activités par le faible pouvoir d'achat de leurs collaborateurs qui partent vivre ailleurs. Pour favoriser leur pouvoir d'achat et pour favoriser le développement économique et administratif de la commune nous devons améliorer la situation du logement entre autre par des logements sociaux.

Ce programme est le bienvenu car il comble partiellement un grand retard. Seulement 18 logements sociaux auront été réalisés dans la commune en 2006, 2007 et 2008. Un chiffre trop faible par rapport au nombre de logements construits. Presque tous les logements sociaux réalisés sous le précédent mandat ont été initiés par la municipalité Joubert.

Le Maire, membre du Parti Socialiste, s'est défendu en expliquant que la loi rend très difficile la construction de logements sociaux. Et que ceux-ci coûtent cher. Ce sont des arguments qu'on entend habituellement dans la bouche du Maire de Neuilly et qui lui vaut les foudre des militants socialistes dans le jeu de rôle traditionnel droite-gauche de la vie politique française.

Les objections du Maire sont justes... mais n'ont empêché aucun de ses prédécesseurs depuis Jean Pissard de réaliser des logements sociaux. Le développement des actions culturelles lui aussi a été difficile et coûteux... mais avec un peu de volonté politique la municipalité y est arrivé. Elle n'a pas fait preuve d'autant de volonté politique sur la question des logements sociaux.

La municipalité pourra compter sur notre soutien pour ses projets de logements sociaux... et sur notre vigilance si elle se montrait aussi laxiste que lors du précédent mandat.

 

Retrouvez la note du jour sur le blog Portevoix

Commentaires

Vous n'avez pas peur, M. Vielliard, qu'on dise qu'on construit des logements pour les fonctionnaires avec l'argent des frontaliers ?

Écrit par : R.M. | 04/06/2008

Les frontaliers sont comme tous les habitants, ils ont besoin d’administration, d’hôpital et d’écoles. Les services publics locaux sont menacés lorsque le tiers des professeurs des collèges de Saint Julien sont mutés à leur demande chaque année faute d’avoir les moyens de vivre dans une région où les loyers sont trop chers. L’Hôpital de Saint Julien a besoin d’infirmières qui ont-elles même besoin de pouvoir se loger. La gendarmerie de Saint Julien ne peut pas pourvoir tous les postes budgétés… faute de logements pour les gendarmes. Au delà des fonctionnaires, il y a aussi les entrepreneurs et les salariés du privé. Les frontaliers comme les autres habitants ont besoin de supermarchés, d’activités de loisirs, d’entreprises du bâtiment… qui doivent être gérés par des gens qui gagnent des salaires français et qui ont besoin de pouvoir se loger à des prix abordables. Mais surtout nous avons tous besoin de créer plus d’emplois coté Français pour être moins dépendant de Genève et du cours du Franc Suisse. Pour cela il faut que les entreprises locales puissent s’occuper un peu plus de leurs clients… et un peu moins de loger sans cesse leurs nouveaux employés avant que ceux-ci ne partent faute d’avoir un pouvoir d’achat décent.

Enfin, les ressources publiques municipales proviennent en grande partie des impôts locaux, de la dotation de l’Etat et des taxes versées par le Casino. Les fonds frontaliers, aussi importants soient ils ne sont que des ressources complémentaires.

Cependant il ne suffit pas seulement de construire des logements sociaux il faut aussi les gérer efficacement. Avec seulement 5% de rotation annuelle, les logements sociaux sont mal gérés. Des personnes seules conservent le bénéfice d’un appartement familial alors que des familles ne peuvent pas se loger. Des personnes dont la situation professionnelle à changé conservent le bénéfice d’un logement social. Au total on peut estimer à environ 5% du parc de logements qui pourrait être réaffecté à des personnes qui en ont plus besoin. C’est la un problème de législation plus que de gestion municipale. Les députés régleront sans doute ce problème… lorsqu’ils auront la maitrise de l’ordre du jour du Parlement, qu’ils assumeront leurs responsabilités de parlementaire plutôt que de cumuler les mandats et d’obéir aux consignes de vote partisanes.

Écrit par : Antoine Vielliard | 04/06/2008

Vous avez entièrement raison, M. Vielliard : vous parlez d'or, et beaucoup de frontaliers que je vois ou entends s'exprimer semblent n'avoir pas conscience de la vérité de ce que vous dites. Le seul point sur lequel je ne vous rejoins pas, c'est dans le souci des entreprises de loger leurs employés. Je pense que c'est un excellent souci. Qu'ensuite les entreprises ne se soucient pas assez de leurs clients est possible, mais n'a pas de rapport avec le souci du logement : on peut bien se soucier de plusieurs choses à la fois ! Au demeurant, je pense que l'exemple des employeurs de Saint-Julien, en ce qui concerne le souci du logement, devrait quand même être suivi plus largement. Bref, je crois à la vocation sociale des entreprises, et ne crois pas que l'Etat doive se charger de tout. Je suis socialiste non étatiste, en quelque sorte !

Écrit par : R.M. | 04/06/2008

Les entreprises locales s'occupent de leurs clients (puisqu'elles en ont). Mais si la collectivité prenait mieux en charge les problèmes de logements les entreprises locales pourraient mieux se développer et créer plus d'emplois.

Le fait qu'elles aident leurs employés à se loger est sain dans le contexte actuel de crise du logement. Mais tout le monde a intérêt à ce qu'elles puissent se concentrer davantage sur leur propre développement et la création d'emplois plutôt que sur les problèmes de logements.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 05/06/2008

Les commentaires sont fermés.