30/11/2007

Ces détails qui changent le quotidien des Saint Juliennois

Les Saint Juliennois que je rencontre, me parlent de leurs soucis quotidiens. Cet inventaire à la Prévert illustre le besoin d'écoute. Les problèmes de stationnement et de sécurité en face de la Panière, les bancs trop bas qui empèchent les personnes âgées de se relever, le quartier de François Buloz qui est plongé dans l'obscurité dès la nuit tombée, les poubelles de recyclage qui sont installées juste devant les fenêtres de certains habitants de l'Atrium, une vieille et belle fontaine laissée à l'abandon, un trottoir qui manque ici, un passage trop étroit pour les poussettes là, des bancs qui font face à un carrefour et tournent le dos à un jardin, le nettoyage approximatif des salles de sport, une courbe de voirie qui rend difficile la circulation des camions de livraison d'Intermarché le matin. Ces milles petites frustrations quotidiennes qui pourraient si facilement être évitées avec plus d'écoute de la part des élus. Nous faisons la synthèse de tous ces besoins pour déterminer les priorités municipales mais lorsque ces priorités seront établies il sera encore possible de répondre facilement à beaucoup de ces attentes.

Mes contraintes professionnelles dans le privé me laissent aujourd'hui moins de temps qu'à d'autres candidats. Ce temps je choisis de le consacrer à aller à la rencontre des habitants. En particulier ceux qui n'ont pas la possibilité ou le temps de participer à la vie locale. Je crois qu'il est plus utile pour la commune d'aller à la rencontre des habitants et de prendre le temps de les écouter plutôt que d'aller se montrer à des manifestations publiques sans écouter qui que ce soit.

Au niveau national, la réforme de la carte judiciaire est un exemple de ce besoin d'écoute. Sur le principe, il me semble qu'effectivement il est sage que la justice française ait peut être un peu moins de tribunaux et beaucoup plus de juges et d'ordinateurs. Il vaut mieux une justice plus rapide au Tribunal d'Instance même si c'est à Annemasse plutôt qu'à Saint Julien. Mais la méthode autoritaire et sans écoute conduit à des erreurs grossières. Ici c'est un tribunal flambant neuf qu'on abandonne pour déménager dans une autre ville où il faudra en reconstruire un autre. Là c'est un tribunal qui est déplacé vers une ville qui se trouve à plus de deux heures de route. J'espère que cette nécessaire écoute aura lieu.

Il est temps de changer la pratique du pouvoir en France : il y a le pouvoir, gonflé par l'assurance d'idéologies toutes faites qui décide de tout de manière autoritaire, et  il nous faut un pouvoir démocrate qui se met au service des habitants en les écoutant, en élaborant une synthèse des besoins et en déterminant des priorités d'actions politiques sur la base de valeurs plutôt que d'idéologies.

Retrouvez cette note ci et la note du jour sur le blog Portevoix : http://antoinevielliard.hautetfort.com/archive/2007/11/29...

Commentaires

soit, mais quel intérêt pensez vous que vos revendications puissent avoir pour nous les suisses? Pourquoi vider vos états d'âme dans un blog faisant partie d'un journal genevois? Genève, dont je vous rappelle amicalement ne fait pas partie de la France et je l'espère ne fera jamais partie de l'arnaque qui s'appelle UE.

Je ne pense pas qu'un support médiatique française serait à l'écoute de nos revendications suisses, bien propre à notre ville et canton de Genève? Chacun chez soi svp, car Genève n'a pas été annexée par la France en 1602 et ne le sera jamais.

Écrit par : stephanie - Rive | 30/11/2007

Stephanie,
Je vous rappelle que ce journal a une rubrique spécial région "France-Suisse" et la plupart des suises habitent maintenant en France. Alors si vous n'êtes pas contente, changez de journal !De plus je vous signale qu'en 1602 la plupart des communes aujourd'hui genevoises, ont été savoyardes jusqu'en 1840 et étaient donc des ennemis de la république de Genève ! il faut vous instruire ma petite !

Écrit par : Genevois | 30/11/2007

à la Miss stephanie,

Savez-vous combien de frontaliers sont abonnés à la Tribune ! et bien beaucoup plus que vous ne croyez !

Écrit par : frontalier | 30/11/2007

Bonjour Antoine, pas tout à fait d'accord avec ton analyse, mais dans l'ensemble le fond est bien, je crois que tu représentes le MODEM, hier j'ai écouté son nouveau président (f.bayrou) il était désolant d'aigreur, il n'a pas retenu la leçon des élections présidentielles, son dicours n'a pas évolué, la doctrine "la république par le peuple pour le peuple" est extraordinaire sauf que lui ce serai "par le peuple pour moi" désolant
A+ boncourage

Écrit par : robert | 03/12/2007

rigolo genevois "la plupart des suis(s)es habitent maintenant en France. Ben voilà un vrai scoop !

Écrit par : genevois 2 | 25/01/2008

genevois 2

Au cas où vous ne le sauriez pas, il y a 27.850 genevois frontaliers qui résident "officiellement"en France voisine. Il faut en plus, compter tous ceux qui résident en France en gardant leurs papiers en Suisse qui doivent bien être à peu près le double. Sans compter les très très nombreux ex permis C qui sont devenus nouveaux frontaliers. Au cas où ceci vous semblerait absurde, je vous conseille vivement d'appeler le Consulat Suisse à Lyon, qui vous confirmera mes dires.... Car, il faut savoir qu'à Genève il ne reste plus que les gens à l'AI (qui ne peuve nt quitter le canton) et les très très riches. De plus, je n'ai que des voisins francophones, ce qui est hors d'être le cas à Genève ! Ce qui est drôle c'est justement qu'à Genève je n'avais que des voisins étrangers (souvent de très loin...) et maintenant je n'ai que des voisins suisses, français et italiens). C'est pas génial ! Au fait, il faut savoir que dans la commune de Veigy les suisses atteignent les 50% de la population !

Écrit par : Genevois | 25/01/2008

en lisant les commentaires de nos chers frontaliers "suisses", il ne devraient pas oublier que si ils vivent bien c'est grâce à la Suisse, à son plein emploi et à ses salaires. Je ne vous jette pas la pierre c'est tout à fait légitime de votre part comme il est légitime que des frontaliers français viennent en Suisse travailler, qui sans eux et sans les émigrés l'économie suisse serait grippée, voire au tapis.

Il faut avoir un peu d'humilité, l'ouverture des frontières pose aussi des problèmes comme l'explosion des coûts du prix des terrains en France de même que pour les PME française voyant fuir leur main-d'oeuvre en Suisse, mais d'une manière générale plus ou moins tout le monde est gagnant.

D.J

Écrit par : D.J | 25/01/2008

Mon commentaire a été fait précisément pour ceux qui pensent encore qu'à Genève il n'y a que des genevois et qu'en France voisine que des savoyards. De tous temps Genève e la Haute-Savoie n'ont formé qu'une seule et même famille. En effet, la plupart des vrais genevois de souche ont une cousine, un oncle .etc. bref une parenté en haute-savoie et vice-versa. En effet, les noms de famille sont les mêmes ! Il n'y a pas si longtemps, les différents villages du canton étaient savoyards. Le prloblème est avec les nouveaux résidents à Genève qui veulent semer la zizanie ! Donc, au lieu de se tirer dans les pattes, il vaut mieux esssayer de trouver des solutions ensemble car la frontière est de plus en plus impercetible... et NON les plaques françaises ne sont pas toutes conduites par des français et les plaques suisses ne sont pas toutes conduites par des Suisses !

Écrit par : D.J. | 27/01/2008

cher autre D.J pouvez-vous légèrement modifier votre pseudo pour éviter toutes confusions .
merci

D.J

Écrit par : D.J | 27/01/2008

Cher D.J.
Je vous prie de bien vouloir m'excuser. Lors de mon commentaire, je voulais vous adresser le commentaire et je me suis trompé de ligne.

Écrit par : genevois | 27/01/2008

D.J.
Je vus signale simplement que si les Genevois sont obligés d'aller habiter en France, c'est précisément dû au fait que l'immobilier est devenu impossible pour la calsse moyenne. En effet, si vous gagnez bien votre vie, je ne vois pas l'intérêt d'habiter dans une cage à lapin ! Où est l'avantage de bien gagner sa vie, si tout est dépensé dans la location de votre logement. Hors, il se trouve que Genève a fait venir de très nombreux étrangers "très très friqués" qui n'hésitent pas à mettre une fortune sur le logement ! Donc, si nous sommes dans la classe moyenne supérieure, tous les logements sociaux nous sont interdits et tous les autres logements sont hors de prix ! il est impossible pour une famille normale de mettre 3.500. pour un loyer. Car, à ce titre il vaut mieux acheter en France !

Écrit par : genevois frontalier | 29/01/2008

Vous avez raison mon cher Genevois Frontalier, quel intérêt ont les Genevois d’habiter à Genève, il est vrai, que si quelqu’un peut se payer une maison en France, il serait tout à fait stupide d’habiter dans une cage à lapin. Il est aussi vrai que maintenant à Genève ou les résidents son au social ou ils sont très riches les autres c’est des stupides. Quant à vous, ma chère Stéphanie, ou vous êtes très jeune ou vous êtes au social ou stupide car Genève ne vous appartient pas elle appartient aussi à ceux qui y travaillent …et la région frontalier, il faut aussi faire avec et essayer d’aider si on peut, car les frontières ne sont plus du tout durables. Je préfère être entourée de belles régions, c’est ça le progrès. Pour mon cas, j’habite à Genève, je suis genevois et j’ai eu de la chance d’avoir ma maison à Genève et sans compter, le jour ou les genevois n’auront plus que des CAS, je partirai de l’autre coté et ceci sans remord car nos amis de l’autre coté sont très sympas et n’ont pas la même mentalité, ils font pour s’en sortir coûte que coûte et cela me plait. Ils arrivent à faire eux même leur maison avec très peu de moyen et juste pour ça, je leur tir mon chapeau ! Les gens par Genève n’ont que la grande gueule et de plus ils ne savent que jalouser. Maintenant, il est vrai que ça devient aussi difficile pour eux car les prix ont explosés mais tout même, ils s’accrochent. Bravo les frontaliers vous êtes tous des courageux. Sofia

SVP, ne mettez pas les mêmes pseudos, on ne sait plus à qui on répond !

Écrit par : tortue | 09/02/2008

Les commentaires sont fermés.