29/11/2007

Musulman et Français à Saint Julien en Genevois

De plus en plus d'habitants de Saint Julien ont une double culture. Ils sont originaires d'un pays étranger mais habitent en France depuis leur naissance. On ne mesure pas toujours la difficulté qu'il peut y avoir dans notre pays à vivre cette double culture.

Il est par exemple très souvent impossible pour un musulman français d'enterrer ses parents dans notre pays selon ses rites. Pour suivre ses rites, il est contraint d'aller inhumer sa famille dans son pays d'orgine. Nous devons permettre à tous les Français d'enterrer leurs parents ici si nous voulons que tous les Français puissent vivre ensemble.

J'ai rencontré des musulmans qui me décrivaient comment ils se voient contraints de se rendre sur leur lieu de culte en cachette. Leurs collègues ne faisant pas la différence entre un musulman pratiquant et un intégriste, ils craignent de perdre leur emploi s'ils sont vus allant à la mosquée. Médecins, professeurs, maçons ou ingénieurs ils ne pratiquent leur culte que semi-librement en France. Pourtant dans toutes les religions il y a des pratiquants et des intégristes.

Les associations culturelles et cultuelles font bien souvent un travail d'intégration social et de prévention de la violence qui est remarqué par les gendarmes. La réflexion spirituelle offre souvent aux adolescents un premier cadre de valeur. C'est vrai pour les Français chrétiens comme pour les Français musulmans.

Cette semaine j'ai découvert d'autres exemples de vexations quotidiennes qui montrent à quel point nous devons apprendre à devenir un pays multiculturel. Un père aux revenus modestes m'expliquait que la cantine du collège de Saint Julien lui facturait les repas de son fils pendant le mois du ramadan alors qu'il ne déjeune pas à la cantine ce mois là. Lorsqu'un Français sur 10 est musulman, est-il si compliqué que cela d'adapter la facturation des repas à ce qui est consommé ? Ou faut-il que la collectivité accroissent ses revenus sur ceux qui pratiquent le ramadan ?

Le Maire de Saint Julien a rénové à grands frais le toit de l'église de St Julien. Ces travaux de rénovation n'étaient pas urgents. Comment préserver les équilibres entre Français lorsqu'on constate que dans presque toutes les communes de Haute Savoie l'église est bien souvent le bâtiment public le mieux entretenu ? A Saint Julien il suffit de comparer l'état de l'église par rapport à la salle des Burgondes, à la MJC ou au Gymnase du Léman !

 Loin de ces divisions, de ces vexations et de ces humiliations, il est temps qu'on apprenne à vivre ensemble dans un pays devenu multiculturel. Pour cela il faut revenir à la définition d'origine du principe de laïcité qui est la liberté de culte et la neutralité de l'Etat et des communes.

 

Retrouvez cette note et d'autres sur le blog Portevoix : http://antoinevielliard.hautetfort.com/archive/2007/11/29...

Commentaires

La liberté de culte doit rester à la maison. C'est-à-dire ne pas interférer dans son travail, son école, et doit rester cachée. Pourquoi les femmes musulmanes ne se voileraient-elles pas qu'à la maison ? Je vous signale qu'il y a des femmes habillées comme des corbeaux noirs qui font peur aux enfants ! devrait-on porter plainte contre elles pour maltraitance aux enfants. La liberté de culte oui, la provocation NON ! Pourqoi le menu scolaîre devrait-il être différen (porc) d'un enfant à l'autre ? Je crois qu'à votre place je ne m'aventurerais pas sur ce terrain ! car vous le savez bien la haute-savoie vote à droite droite toute ! l'intégration commence déjà par le fait d'obliger tout citoyen homme-femme à s'exprimer correctement en français ! Quand on voit que dans les mosquées le culte n'est pas en français ce n'est pas admissible ! En tant que femme je trouve inadmissible qu'on n'obige pas les femmes dans la rues à être dévoilées !

Écrit par : haut-savoyarde | 29/11/2007

Les commentaires sont fermés.